Accueil / Actualités / 18 ans, après la fatidique marche d’Alger…

18 ans, après la fatidique marche d’Alger…

Toute la Kabylie a été mobilisée ce jour là, un certain 14 juin 2001, en pleine dynamique du printemps Noir, afin de  participer à la « marche historique d’Alger », c’était cet appel du Mouvement citoyen (appel interwillaya) qui avait drainé toute  cette marée humaine qui était présente sur Alger. 

Cet appel dérivait de la plate forme d’El kseur, élaborée  à l’université, sortie avec 28 points  ,réduite le 11 Juin à El kseur à 14 points seulement.

 

Plus  d’un millions de jeunes  avaient répondu présent pour ce cri  de détresse, en voulant faire entendre la voix de la raison   à un pouvoir mafieu qui refuse et interdit toute lueur de vérité et de justice pour son peuple opprimé. 

 

Tous les moyens de transport ont été réquisitionnés. Ils étaient au nombre de 49, ces jeunes, qui avaient décidé de rallier Alger à pied à partir d’Amizour depuis le 9 juin,  au cours de leur chemin, d’autres groupes se joignaient   à leur caravane, au fur et à mesure qu’ils avançaient , le groupe se voyait, donc, grossir à chaque halte faite

 

Alger était envahie par les « montagnards  » la foule faisait peur au point de provoquer l’offensive de quelques Algérois déjà préparés et très  manipulés , sous prétexte de défendre leur ville, ils avaient fait la joie des responsables, en prenant part aux actes répressifs exercés sur ses pauvres  jeunes, pourtant Algériens comme eux. !

 

6000 prisonniers ont été libérés et instruits pour faire face à ces gens qui sont venus perturber « la paix de la capitale » …… une capitale des complots, des combines , des tueries  et du déni identitaire.

 

La Kabylie a toujours  dérangé, depuis l’indépendance, elle déplaise  à ses détracteurs, on a beau essayé de l’assimiler et l’intégrer dans le moule fabriqué, mais vaines   sont leurs tentatives.

Ses   pensées libératrices  , ses actes de liberté, son  refus de l’ordre établi , son rejet de l’injustice et des mensonges racontés, son refus de vivre dans le faux et dans  la réalité simulée, sa grande fierté de son identité l’empêchait et   l’empêchent  toujours de garder le silence absolu !

« Mourir que vivre dans la servitude » était son slogan !

 

128 jeunes ont été arrachés à la fleur d’âge sans compter les innombrables  blessés était le fruit d’ une marche qui se voulait, pourtant, pacifique mais que le pouvoir  central, avec son savoir faire, en a fait un massacre et tuerie.

Devant l’opinion publique et nationale , tout va dans le sens d’un  réquisitoire contre le mouvement , en effet le pouvoir a même manipulé les informations  puisqu’ il détenait le monopole sur les médias lourds pour falsifier la réalité et salir la réputation de ce mouvement citoyen, si ce n’était quelques organes de la presse écrite indépendante qui avaient pu communiquer la réalité du mouvement de l’A3rouch.

 

18 années après cette fatidique journée, commémorée , chaque année, dans un deuil  collectif, pour tous ceux qui ont vécu cette journée, et dans le cœur de tout un chacun qui avait marché et avait vu l’injustice s’appliquait devant ses yeux et à la mémoire de chaque âme sacrifiée, chaque jeunesse interrompue qui s’est levée le matin  dans le but de marcher pacifiquement et qui n’est plus revenue parmi les siens !

Et à toute  mère à laquelle, on a brisé l’espoir de voir son enfant grandir  dans l’aisance d’un bel avenir sous le soleil d’Algérie libre et indépendante.

 

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews