Accueil / Actualités / Acte 53 à Bejaia : Une année de Hirak, une année de mobilisation

Acte 53 à Bejaia : Une année de Hirak, une année de mobilisation

C’est une marée humaine qui a déferlé aujourd’hui à Béjaia pour prendre part à l’acte 53 du Hirak populaire et  »célèbrer » l’an 1 de la mobilisation.

Un an de Hirak, un an de mobilisation citoyenne qui ne jure que par le recouvrement de la souveraineté populaire confisquée. Les bejaouis ont tenu à marquer l’an 1 par une mobilisation encore plus vive et empreinte de détermination que les premiers jours de contestation. La mobilisation d’aujourd’hui est une véritable gifle à la fois au pouvoir qui tente tantôt de chevaucher le mouvement, tantôt de le réprimer en misant sur l’usure. Mais c’est aussi une gifle aux oiseaux de mauvaises augures, qui proclamaient triomphalement le Hirak comme mort.

Les slogans déployés font à la fois écho à l’actualité du pays, c’est ainsi qu’on peut lire des slogans hostiles à l’exploitation du gaz de schiste et à la main mise des multinationales sur les richesses du pays. Des revendications politiques côtoient des revendications sociales en les mettant en corrélation. Cette dualité du social et du politique s’affirme de plus en plus et donne ainsi plus de visibilité aux préoccupations quotidiennes de la population articulées à leur volonté de changement politique.

La proclamation du 22 février comme journée nationale n’a dupé personne. Toutefois, la permanence de la mobilisation est l’a pour prouver la volonté inébranlable d’aller jusqu’au bout. Mais beaucoup de hirakistes commencent déjà à se concerter dans l’objectif de donner un bont qualitatif au mouvement en passant par son auto-organisation.

Y. S.