Accueil / Actualités / ADEKAR: Lac noir ,une merveille sur terre, face au tourisme sauvage.

ADEKAR: Lac noir ,une merveille sur terre, face au tourisme sauvage.

Situé au fin fond de la forêt de l’Akfadou, le lac noir, une vraie merveille et paradis sur terre de part sa beauté et sa richesse en faune et flore sauvage.

Après avoir été longtemps méconnu du grand public à l’exception des riverains de cette vaste forêt  jadis vierge, notamment les bergers qui faisaient paître  leurs troupeaux dans ses vastes pâturages à longueur d’année, des habitués des lieux qui l’ont pourtant déserté durant presque deux décennies à cause de l’insécurité.

Avec l’avènement des réseaux sociaux, notamment Facebook et l’amélioration des conditions de sécurité, le lac noir sort de l’anonymat avec fracas depuis un peu plus de deux ans. Chaque jour des centaines de bus et de véhicules personnels arborant des plaques minéralogiques de plusieurs wilayas arpentent la sinueuse piste de quelques 11 kilomètres a partir de la petite ville champêtre de Tocqueville, commune d’Adekar, pour pénétrer dans les entrailles de cette merveilleuse forêt  qui enveloppe jalousement ce petit paradis terrestre.

Devenant vite le lieux de prédilection, pour les associations, les établissements scolaires, les étudiants universitaires et les particuliers a longueur de semaine, notamment les week-end. L’ingratitude de l’homme rattrape ce lieux féerique, en effet chaque jour que dieu fait des quintaux de déchets sont jetés sans gêne ni scrupule, par de nombreux visiteurs des lieux qu’on peut classer facilement dans la case des touristes sauvages, sur les abords de ce lac et même à l’intérieur de ses eaux, mais aussi, tout au long de la piste qui mène à ce lieu.

Des gestes et des comportements irresponsables qui peuvent facilement causer des dommages considérables et une  destruction de cette nature, de cet espace vital pour l’homme et les animaux sauvages qui y sont encore présents, sachant notamment que la piste qui mène à cet endroit longe la petite réserve qui sert de lieu de reproduction du cerf de berberie. Un projet très ambitieux, lancé il y’a plusieurs années par le centre cynégétique de Zeralda avec la collaboration de la conservation des forêts de la wilaya de Bejaia, en vu de la réintroduction prochaine de cette espèce dans la forêt de l’Akfadou et qui semble porter ses fruits.

Pour parier à ce danger imminent.
Plusieurs activistes du monde associatif et des amoureux de la nature de la région lance un cri de détresse aux autorités afin de trouver une solution et éradiquer au  plus vite possible ce préjudice.
A ce sujet chacun y vas de sa proposition, allant de la classification de cette forêt comme réserve naturelle, jusqu’à la limitation de l’accès aux simples randonneurs et l’interdiction de tous véhicules à l’intérieure de cet espace.  en attendant que les autorités concernées notamment les services des forêts, bougent, le danger demeure, l’ingratitude des hommes plane sur les lieux à la place des faucons, la  virginité de cette forêt est une histoire lointaine.

Syfax.A/BéjaiaNews