Accueil / Actualités / Adel Abderzak diagnostique le hirak

Adel Abderzak diagnostique le hirak

Il y’a ceux qui « cachirent à mort , pensant que le hirak ne résistera pas à la force sourde du système. Ils sont toujours la pour piétiner leur dignité pour un bout de prédation ignoble.

Il y a ceux qui collent de façon sournoise autour du Hirak pour se projeter dans des élections au cas où, leur candidat est déjà prêt et leur lobbying indécent.

Il y’a ceux qui y croient, qui marchent, qui fabriquent la magie du vendredi, qui participent à imposer un rapport de force d’espérance pour une nouvelle Algérie. Ils veulent la révolution, la rupture avec le système, la fin des hommes providentiels et une Algérie nouvelle où la soumission,l’allégeance, l’aliénation, le mépris du petit peuple, la hogra et la misère morale et économique ne sera plus de mise!

L’inégalité géographique et anthropologique du hirak n’est pas le signe d’une désunion nationale car l’écrasement des élites et la militarisation des consciences et des territoires n’est pas uniforme!

Je crois à une expression politique d’avenir du Hirak qui portera un projet de société humaniste et progressiste. Les avant-gardes se construisent dans les actions collectives et le hirak est en train d’en faire émerger.

On ne peut envisager une prospective politique qui nous arrange. Mais on peut anticiper pour mieux se battre et surtout ne pas perdre cette force et ce mouvement de foule discipliné, pacifique et si inventif de cultures et d’utopies. La radicalité n’est pas un programme mais elle peut être le point de départ à la rupture attendue!

Restons debout, n’ayons pas peur des décantations et n’intégrons pas les bruits de bottes comme une fatalité! La Révolution du Hirak continue!