Accueil / Actualités / Adel Abderzak:Notre survie dans le hirak

Adel Abderzak:Notre survie dans le hirak

L’illegitimité politique et l’opacité du pouvoir Algérien continuent à nous gouverner. En arriére plan, c’est la médiocrité et l’indigence intellectuelle des gouvernants qui revient à la surface.

Effarant, la version algérienne d’un regime autoritaire vu à la télé!. Même pas les ingrédients d’un despotisme éclairé. Aucune vision, aucun projet politique, aucune prospective, seule la gestion de l’urgence par les banalités d’un administrateur vulgaire, style wali, qu’une lecture à la hauteur d’un dirigeant politique et politisé.

L’apolitisme de Tebboune- président est significatif de son statut superficiel, de son rôle de gestion courante. Les centres de decision sont ailleurs! Il y’avait une ambiance d’article 120 des années 80 dans le décor maladroitement coloré de la présidence.

Le Hirak est plus coloré par ses marcheurs et ses idées. C’est definitivement lui, notre survie. A tous ceux qui critiquent le hirak tout azimuts, quelque soient leurs lectures, doivent mesurer l’horreur qu’il y’a en face.

Un systéme politique et social pourri, agonisant, mais qui peut durer longtemps charriant avec lui désespoirs, hargas, violence sociale et regression mentale, nous ramenant au retour brutal d’une sociéte moralisatrice qui obscursira les horizons de notre jeunesse.

L’islamisme est toujours aux aguets pour capter sa proie. Le neoliberalisme est toujours efficient pour faire de nos jeunes les esclaves d’un capitalisme lumpenisé, celui des oligarque et des trabendistes.

Le hirak est notre fatalité. C’est un mouvement de lutte qui peut porter de vraies espérances. Ce n’est pas, encore, ni un projet de société ni un parti a construire. C’est un lieu de résistance oû la radicalité des revendications doit se conjuguer avec l’effervescence des idées. C’est un moment de révolution démocratique qui doit aller jusqu’au bout pour permettre le changement des rapports sociaux. Le hirak nous donne une chance d’avancer sur la question démocratique pour mieux se confronter aux enjeux sociaux et des rapports de classes.

Le combat démocratique permet la politisation et la conscientisation pour avoir une lisibilité des enjeux de classes. La finalité du hirak n’est pas la démocratie, celle ci est un outil et une culture à incruster dans l’Etat et la société.

Le hirak revolutionnaire aspire à un changement de société, à une nouvelle algérie qui est plus qu’une deuxiéme republique!

Alors que le hirak perdure et que son auto-organisation devienne à l’ordre du jour!