22 juin 2020

BejaiaNews

Toute l'actualité de Béjaia et de ses environs

Amira Bouraoui, l’amour au défi !

5 min read

Amira Bouraoui condamnée par la justice à une année de prison ferme Amira Bouraoui est ce jeune médecin de 44 ans, résidente au quartier populaire de Beb El oued avec sa mère et ses deux enfants. Elle a eu son bac à l’âge de 17 ans, brillante étudiante à la faculté de médecine d’Alger ce qui lui a permet d’obtenir le diplôme de médecine avec mention.

Après ses sept ans d’études, elle a directement intégré le monde professionnel comme médecin des assurances. Quelques années passées dans le monde professionnel des assurances, elle a enfin renoué avec les études de spécialisation avec son accès au concours de résidanat, poursuivant une formation de trois ans en gynécologie. Mère de deux enfants adorables,

Amira ne réserve aucun effort pour la bonne éducation de ses enfants. Divorcé de son ex qui vit en France, ses enfants ont le droit à la nationalité française sauf qu’elle a cru vraiment avec trop de confiance à l’éducation de ses enfants dans la société de son vécu ,autrement dit elle aime son pays ce qui a fait qu’elle a renoué aux avantages de la France par le simple fait qu’elle est convaincue que son pays est mille fois mieux qu’une terre étrangère.

A noter que c’est une fille d’un haut gradé de l’armée algérienne, Colonel Bouraoui cardiologue et ancien directeur de l’hôpital miliaire. Son oncle est aussi un général de la marine, malgré son entourage familial la petite Amira a grandi dans un quartier populaire d’Alger, Beb El oued.

A partir de 2011, Amira a épousé les questions politiques de son pays. Très patriote à cause de son éducation par une famille de militaire, amira avait en elle cet attachement sans faille envers la république. Admiratrice des sujets de société elle n’hésite jamais à aborder les sujets les plus sensibles sur son mur Facebook.

Voila c’est avec Facebook qu’Amira a commencé son militantisme sous le pseudo ’’Leila Nine’’ vu la qualité de sa plume et son franc parlé elle a tissé de bonnes relations avec des amis partout en Algérie. Amira est devenue une activiste qui monte en puissance sur Facebook, elle a réussi à faire de son mur facebook une page consultée par les hauts responsables de l’Algérie.

Avec l’arrivée des élections présidentielles du 2014, Amira et ses amis de facebook ont voulu s’opposer à la candidature de Bouteflika. Embarquée, arrêtée voir intimidée par les forces de l’ordre, mais Amira continue son combat même si pas mal de fois elle était avec une pognée d’amis.

Depuis 2014, Amira a connu des épisodes dans sa vie comme l’incendie de son appartement. La chaine Nahar a tout fait pour salir cette femme de fer, des problèmes dans son lieu de travail ou point d’être licencié. Malgré tout, Amira n’a pas marchandé sa liberté en faveur de sa sécurité, elle a compris que sa liberté n’a pas de prix.

Son père a tout fait pour que sa fille puisse trouver son ancienne vie tranquille loin de monde pourri de la politique, hélas Amira a trouvé sa peau de la femme libre qui pourra venir en aide à ce pays par ses idées et son militantisme.

Très bien entourée, aucun de ses détracteurs n’a osé s’approcher de cette femme intègre, mais dans la vie il existe toujours des aventuriers à l’image de Anis Rahmani qui a choisi la voix de la justice aux ordres pour mener une opération judiciaire contre Amira Bouraoui, confrontée à une icône de la démocratie le patron du Nahar TV a retiré sa plainte.

Tout récemment la justice a condamné Amira par contumace à deux mois de prison pour diffamation contre l’ancien patron de la chaine Nahar TV, Anis Rahmani. Dans une autre affaire liée au journaliste Abdou Semmar, ce dernier a utilisé le mur de cette militante pour écrire un article. 2020, Amira a perdu son père dont elle a un vrai attachement.

Le décès de son père lui a causé beaucoup de peine mais c’est ça la vie personne n’est éternelle. Sur Son mur facebook Amira a osé des propos vulgaires contre les malfaiteurs de la scène publique, elle n’hésite pas à traiter de mauvais mots tout ceux qu’Amira juge responsables de marasme dans son pays.

Elle est déçue de ce système qui ne veut changer même sous la pression des millions de protestataires, durant les marches du Hirak. Le régime qui a trouvé par miracle un président pour garder sa face a profité de ce contexte compliqué pour mener une chasse sur Amira en utilisant ses post facebook comme preuves de sa condamnation à un an de prison ferme.

Massi Touahri

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.