Accueil / Actualités / Aokas : Ali Amran met le feu à Bouteghwa !
ali amrane

Aokas : Ali Amran met le feu à Bouteghwa !

Le théâtre de verdure de Bouteghwa à Ait Aissa, sur les hauteurs d’Aokas, a accueilli hier 25 août, la star de la chanson Pop-Rock Ali Amran, pour une soirée des plus magistrale. Avec un public sensationnel qui a su renvoyé les décibels du virtuose, l’ambiance électrique était au rendez-vous.

 L’Association Tadukli d’Ait Aissa maintien son tonus, elle nous a offert hier un programme alléchant, et ce, sur le théâtre de verdure de Bouteghwa, un véritable odéon construit par la seule et unique force de volontaires, et sans le moindre sou de subvention. Un projet populaire, qui est aujourd’hui à son 39 ème volontariat, dont des spartiates des temps modernes continuent d’affluer pour que chacun y met sa touche.

Hier c’est au tour de Ali Amran de s’y produire, non sans dévoiler son admiration des lieux et de l’aura qui semble en émaner. Bien avant lui, c’est la brillantissime Tilleli Ahfir, avec notamment Gueroudj Louenes et le tandem Nadia et Rachid qui se sont produit, sous les applaudissements du public et les youyous des femmes qui sont venues nombreuses briser la routine rancie de ses journées chaudes du mois d’août. Créant la surprise générale, le propriétaire de la laiterie Soummam, Lounis Hamitouche, a fait don de 2 millions de dinars, en vu d’encourager le dynamisme de l’association et permettre au projet du théâtre de verdure d’être achevé, et se voir remercier par un cadeau qu’un membre de l’association lui a attribué.  Peut être, faut-il préciser que c’est grâce aux dons de mécènes de différents horizons que l’association tient ses  moyens de financements.

Rendant un double hommage au monument El Hasnaoui en interprétant sa chanson « Ma tevghit, nek vghigh » et à Matoub Louenes « Yehwa-yam », Ali Amran a carrément mis le feu au village, pourtant paisible d’Ait Aissa. En enchainant avec des chansons de son répertoire, « Xali Slimane », « A bu lehmum », « Tilufa », « aqlalas » et la légendaire « Tavalizt » faisant la joie d’un public qui peine à rester assis sans se soulever, danser, et renvoyer les paroles des chansons interprétées.

Minuit passé, le spectacle achevé, bien que des centaines de personnes semblent ne pas vouloir lever le siège. Les uns préférant mémorisant le passage du virtuose Ali à travers des photos, d’autres voulant passer encore du temps sur ces lieux ébouriffants, dont des dieux semble bénir

Aidoune Azzedine/BéjaiaNews