Accueil / Aokas / Aokas : Une grotte « féerique » en déperdition
aokasg_a5

Aokas : Une grotte « féerique » en déperdition

La grotte « féerique » d’Aokas est, comme son nom l’indique, un site époustouflant, ses concrétions, c’est-à-dire cette foultitude de formes ascendantes (stalagmites) et descendantes (stalactites), nous plongent dans un monde imaginaire exceptionnel. Mais en regardant de plus près, l’imaginaire laisse place à une réalité amère. La grotte est gravement polluée, une pollution accompagnée d’un laisser aller flagrant des services concernés.

C’est incontestablement l’un des sites les plus prisés de la wilaya de Bejaïa durant les vacances d’été. La grotte « féerique » d’Aokas sise au plein milieu du tunnel de la RN09, depuis qu’il a ouvert ses portes aux touristes en 1984 c’est-à dire 22 ans après sa découverte en 1962 par une entreprise franco-italienne, fait le bonheur de quelques milliers de visiteurs, qui  viennent la découvrir ou la redécouvrir chaque saison estivale, seule période de l’année que la grotte dévoile sa splendeur, étant fermée le reste de l’année. La grotte d’Aokas est de nature karstique à l’image des grottes « merveilleuses »  de Jijel, la grotte de Beni Add à Tlemcen ou bien même la grotte de Sơn Đông au Vietnam, considérée comme la plus vaste galerie souterraine au monde. L’entrée de la grotte d’Aokas est précédée d’un couloir long de ses 63 mètres, unique entrée et sortie du site. Dès qu’on pose notre regard sur la grande salle appelée « salon de la grotte »,  on ne peut qu’être  subjugué par la myriade de spéléothèmes (ensemble de stalactites et de stalagmites) offrant de la volupté au regard et une plongée certaine dans un monde imaginaire époustouflant, et pour cause, ses concrétions calcareuses nous renvoient des formes humaines, végétales,  animales et architecturales, qu’on peut déceler en titillant, un temps soit peu,  notre imagination. De la momie de Ramsès II, en passant par la Tour de Pise, ou bien même la statue de la liberté et ce monastère pour bouddhistes, s’invitent et forment un formidable microcosme où  l’enchevêtrement de cultures et civilisations défie l’anachronisme civilisationnel. Mais face à la somptuosité des lieux, qui devrait faire le bonheur des visiteurs et autres spéléologues, une face cachée peine à se dissimuler. En ses temps d’austérité ambiante les prix d’entrée se sont vus à la hausse en passant de 30 DA à 50 DA pour enfant, et de 50 DA à 100 DA pour adulte. Ce n’est évidemment pas le prix d’accès qui pose le véritable problème, mais le laisser aller face à l’état de délabrement dans lequel s’est acheminée, de la part des services concernés, à savoir l’APC d’Aokas, car étant elle qui gère le site, en dépit du gain qu’elle engrange chaque année. C’est une véritable désolation de voir les roches noircies, là où la blancheur de la calcite devrait dominer. Cela sans parler de l’éclairage qui fait défaut, et d’un cordage vétuste qui ne demande qu’à être remplacé, des défaillances qui vient se greffer au problème majeur de la pollution, qui devrait interpeler les concernés sur la nécessité de prise en charge du site.

Azzedine Aidoune / BéjaiaNews