Accueil / Actualités / Après plus de deux mois de constat sur le terrain à Béjaïa le wali passe à l’action

Après plus de deux mois de constat sur le terrain à Béjaïa le wali passe à l’action

Le développement local a été passé au peigne fin et pas dans son volet constat.

Après un périple qui l’a amené à visiter et inspecter les 52 communes de la wilaya, le chef de l’exécutif est passé désormais à une nouvelle phase faite de concertation et de décisions pour résorber le grand retard pris dans l’achèvement des travaux de plusieurs projets structurants et mettre fin à la désorganisation et la désarticulation constatées au niveau de plusieurs chantiers inspectés.
Après avoir réuni les investisseurs du secteur du tourisme, les autorités de la wilaya ont entrepris de faire de même avec les responsables des entreprises des travaux publics et des ressources en eau, deux secteurs jugés prioritaires en attendant d’autres rencontres avec les responsables des entreprises intervenant dans d’autres secteurs. En présence des responsables des directions des travaux publics et des ressources en eau, le développement local de la wilaya a été passé au peigne fin non pas dans son volet constat, déjà établi mais sur les voies et les moyens pour accélérer les réalisations des projets inscrits dans ces deux secteurs.
Comme lors de la rencontre avec les investisseurs du secteur du tourisme, les chefs d’entreprises intervenant dans les secteurs des travaux publics et des ressources en eau ont été écoutés un par un après la lecture du rapport de la situation présentée par les responsables concernés.
Les chefs d’entreprise ont exposé les problèmes qu’ils rencontrent au niveau de leurs chantiers dont une partie a été solutionnée lors des visites sur le terrain. La wilaya de Béjaïa compte dans le secteur des travaux publics, 13 projets de développement en cours, dont six en voie d’achèvement et 40 projets liés à la réfection des routes.
Le projet de revêtement du chemin de wilaya 158 devrait être achevé avant le 15 décembre prochain. Celui relatif à l’aménagement de la RN 75, également confronté à des problèmes, accumule un retard de 3 ans. La faille relevée réside dans l’absence de coordination en les directions des travaux publics et la SDE, qui sont instruites de travailler en étroite collaboration. «Le wali les a instruits d’inscrire et d’effectuer des études pour tous les projets, y compris les plus petits et de choisir des entreprises performantes surtout pour les projets structurants», note le communiqué de la cellule de communication de la wilaya.
Pour le cas du carrefour des Quatre Chemins, un projet structurant d’une importance capitale pour le désengorgement de l’entrée principale de Béjaïa, un ordre a été donné à l’entreprise pour renforcer son chantier par une deuxième foreuse, et d’opérer par trois équipes. Le projet d’évitement de la ville de Kherrata a repris suite à l’intervention des autorités qui ont levé l’opposition d’un citoyen. Concernant le projet de protection de Cap Aokas et après avoir écouté le responsable de l’entreprise, des recommandations lui ont été faites pour la mise en place d’un dispositif sécuritaire afin d’assurer la protection des ouvriers et des usagers de cette route.
Quant aux projets de réalisation des ports de pêche de Tala Ilef et un abri de pêche à Beni Ksila, ils ont vu respectivement la révision à la baisse du délai de livraison et le renforcement du chantier pour accélérer les travaux.
Concernant le secteur des ressources en eau, 44 opérations, dont 236 km de conduite à poser, 56 stations de pompage, le renforcement des réseaux d’AEP, la réhabilitation du réseau d’AEP de la ville de Béjaïa et l’étude d’aménagement de l’oued Soummam sont en cours.
L’exposé fait par les responsables des entreprises est marqué par encore une fois des retards, ce qui a soulevé la colère du wali, qui a ordonné des mises en demeure pour quelques entreprises «boîteuses», qui seront à l’avenir exclues de tout projet à travers toute la wilaya. Pour ce qui est des oppositions citoyennes, il a été préconisé le dialogue et la communication avec les citoyens avant d’entamer les travaux envisagés au niveau de leurs localités, puis de procéder à l’application des lois et règlements de la République en cas de persistance des oppositions.

Arezki Slimani / L’expression