Accueil / Culture / Association Project’heurts : Bgayet fait son cinéma

Association Project’heurts : Bgayet fait son cinéma

Une trentaine de films, provenant majoritairement  des pays du Maghreb  et  de France, ont été sélectionnés pour prendre part aux  14es Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB), qui se tiendront du 3 au 9 septembre, a-t-on appris auprès des organisateurs. Les courts métrages 3:30, du Libanais Hussen  Ibraheem, et Kindil El Bahr, dernière œuvre du Franco-Algérien Damien Ounouri, assureront l’ouverture de ces RCB, dont les projections se tiendront à la Cinémathèque de Béjaïa, récemment équipée d’un projecteur DCP (Digital Cinema Package). Dans la catégorie longs métrages de fiction, le choix des organisateurs s’est porté sur des œuvres comme La sirène du Faso Fani, du Burkinabé Michel Zango, 600 euros, du Français Adnane Tragha, Good Luck Algeria, du Franco-Algérien Farid Bentoumi, Strave your dog, du Marocain Hichem Lasri, ou encore La mer est derrière vous, du même cinéaste. Une dizaine de courts métrages sont également au programme de cette manifestation, très attendue par le public cinéphile, dont Diaspora, du Tunisien Alaeddin Abou Taleb, Je te promets, de l’Algérien Mohamed Yargui, ou encore Jungle, de la Française Colia Megret. Fi Rassi rond-point (Dans ma tête un rond- point) de Hassen Ferhani, Vote off, de Fayçal Hammoum, Hier, aujourd’hui et demain, de Yamina Bachir Chouikh, ou encore Des hommes debout, une production franco-libanaise réalisée par Maya Abdul-Malak, comptent parmi les documentaires retenus par les organisateurs. Outre les «Café-ciné» qu’abritera le Théâtre régional de Béjaïa, plusieurs rencontres thématiques et rencontres avec des cinéastes sont programmées pour ces 14es RCB. Créées en 2003 par l’association Project’heurts, avec le soutien des collectivités locales, de l’Institut français d’Algérie et d’opérateurs économiques locaux, les RCB organisent aussi des ateliers d’écriture et de formation à l’intention des jeunes cinéastes.

APS