Accueil / Actualités / Au sujet du sauvetage de l’ENIEM par Yacine Temlali

Au sujet du sauvetage de l’ENIEM par Yacine Temlali

Sauver des emplois n’est pas spécifique à l’Algérie. Ca existe partout dans le monde. C’est, d’ailleurs, quelquefois l’argument employé par les dirigeants d’entreprises privées pour demander de ‘l’aide à l’Etat (crédit, rééchelonnement de dettes.)

Ceci étant dit, le sauvetage d’une entreprise comme l’ENIEM n’est pas motivé uniquement par le besoin de « sauver des emplois ». C’est aussi motivé par le besoin de sauver un réseau d’unités de montage, de distribution, etc. et, naturellement, une expérience. Ca peut paraître ridicule pour beaucoup de gens mais l’ENIEM fait partie de ces entreprises qui ont diffusé en Algérie un certain savoir industriel, et sa disparition peut réduire l’expérience acquise dans ce domaine.

Une entreprise en difficulté doit-elle être forcément fermée? Non. D’ailleurs, quelquefois, les entreprises en difficulté, pour être sauvées, sont tout simplement nationalisées. C’est ce que vient de faire la Grande-Bretagne pour une partie de son réseau ferroviaire, et c’est qui s’est passé avec certaines banques dans le monde.

Enfin, il est légitime d’exiger que l’aide de l’Etat soit conditionné par un plan de charge et non pas offerte comme ça, sans discussion sur l’avenir de l’entreprise, son déploiement, sa modernisation, etc.

Yassine Temlali