2 août 2020

BejaiaNews

Toute l'actualité de Béjaia et de ses environs

Bâtisseurs contre destructeurs  Par Samir Larabi

3 min read

Ce présent article est une réponse à un édito du quotidien national Liberté, rédigé par son directeur de la publication, qui incarne la ligne du journal. Un édito intitulé, destructeurs contre bâtisseurs, datant du 30 juillet 2020.

Cet édito produit une analyse sur la grève en cours au sein de l’entreprise portuaire de Bejaia, une analyse qui s’inspire de la théorie du complot. Il accuse des forces occultes d’être derrière la grève des travailleurs du port de Bejaia.

A partir de sa « Guérite » d’Alger, notre éditorialiste « éclairé » accuse de forces occultes liées à l’ancien régime de Bouteflika d’être derrière la grève illimitée des travailleurs. Il suggère que ces travailleurs sont manipulés ou téléguidés par ces forces occultes « embusqués » pour casser ce qu’il appelle les « bâtisseurs », allusion a l’actuel PDG et les concepteurs du « plan de relance économique décidé par l’Exécutif gouvernement », dirigé par Tebboune.

Notre éditorialiste « embusqué » dans le somptueux bureau d’Alger, a omis de signaler que la décision de la grève a été prise en assemblée générale des travailleurs avec la présence d’un huissier de justice. Que cette grève a été décidée suite aux multiples exactions de ce Manager « bardé de diplômes ». La grève a été annoncée quelques semaines avant la date ultime, sans que personne ne bouge le petit doigt, maintenant ils pleurnichent sur le sort de l’économie nationale ou locale.

L’éditorialiste occulte le rôle important de ces grévistes dans les performances du port de Bejaia, qui le classe aujourd’hui comme deuxième port d’Algérie. Une performance qu’il a réalisée avant la venue de l’actuel PDG et grâce aux sacrifices des véritables Bâtisseurs, a savoir les travailleurs du port de Bejaia. C’est eux qui méritent vos éloges et la promotion dans vos colonnes, pas les bureaucrates bardés de diplômes, mais qui ne servent à rien face à la grogne des travailleurs.

Pire encore, l’Edito de notre « Révolutionnaire » a la carte, suggère a l’Etat central et a la centrale syndicale de mater les grévistes. Il s’étonne même pourquoi les autorités locales et centrales ont adopté une attitude pour le moins “permissive” avec ces grévistes. Faut-il interdire les grèves et les protestations pour permettre à vos bureaucrates et patronat de faire des affaires fructueuses ? Notamment les affaires les affaires de son Bachagha qui lui sert de patron.

Les destructeurs ? C’est la sainte alliance en cours composé essentiellement par votre média, Patronat (Public et privé), les différents démembrements de l’état central, de la direction de l’UGTA , de la fédération des ports (UGTA) et les parasites de Bejaia. Une sainte alliance contre les travailleurs, contre les véritables Bâtisseurs de la performance du port de Bejaia. La sainte alliance se fait aussi contre les travailleurs de Numolog que vous n’avez jamais cité dans votre journal, même pas dans la rubrique Nécrologie et ce, pour cacher les performances de votre patron en matière de répression syndicale.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.