Accueil / Actualités / Béjaia : Hocine BOUMEDJANE (LADDH) s’exprime sur l’interdiction frappant les activités de son organisation
hocine

Béjaia : Hocine BOUMEDJANE (LADDH) s’exprime sur l’interdiction frappant les activités de son organisation

Les députés du FFS ont brillé par leur absence

Le Centre Documentation en Droits de l’Homme de Béjaia, affilié à la Ligue Algérienne pour la défense  des Droits de l’Homme, aile de Hocine Zehouane,compte maintenir son université d’automne et décide de la tenir à la place de Said Mekbel à Bejaia, son président BOUMEDJENE Hocine s’exprime.

BéjaiaNews : Vous venez d’engager un bras de fer avec l’administration en appelant à un rassemblement pour le 05 Octobre prochain devant le siège de la wilaya qui sera suivi de la tenue de votre université d’automne interdite par l’administration à Souk El Tenine, ne craignez vous pas une intervention musclée ?

Hocine BOUMEDJANE : Je tiens à souligner que notre action est éminemment pacifique, c’est une réponse à un déni de droit. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout car il s’agit d’une mesure illégale et arbitraire. Le 05 Octobre nous allons tenir notre université à la place de Said Mekbel et que les autorités assument les conséquences d’une éventuelle intervention musclée.

BéjaiaNews : Quelle est  votre interprétation de l’interdiction frappant l’organisation de votre université d’automne ?

Hocine BOUMEDJANE : Nous avons usé de toutes les voies légales à savoir la saisine des hautes autorités du pays par voie de lettre de recours, du tribunal administratif et des mécanismes extra conventionnels de l’ONU nous sommes convaincus que nous agissons dans le cadre légale mais nous tenons à dire qu’il n’y a aucun argument qui justifie l’interdiction c’est pour cette raison que l’université d’été est maintenue.

BéjaiaNews : Dans le communiqué rendu public par le collectif citoyen ayant appelé à l’action du 05 Octobre, nous constatons l’absence de partis politiques disposant d’une importante représentation parlementaire, comment interpréter cette hésitation ?

Hocine BOUMEDJANE : Une forte mobilisation s’est mise en place et un collectif citoyen composé de plusieurs organisations de la société civile, de partis politiques, d’artistes à été créée suite à la réunion tenue au CDDH pour organiser la solidarité et dénoncer les atteintes aux libertés. Des marques de sympathie nous parviennent des quatre coins du pays, des organisations Maghrébines, de France et du Canada, ce formidable élan de solidarité qui s’exprime autour de la LADDH, que nous tenons à saluer, renforce notre détermination à préserver les espaces de libertés. Une adhésion remarquable de partis, de syndicats, d’associations de collectifs d’étudiants et d’artistes à l’appel du collectif citoyen pour les libertés Toutefois je tiens à préciser que tous les députés ont marqué leur sympathie hormis ceux du FFS qui ont brillé par leur absence. Il ne s’agit pas de défendre la LADDH mais un principe fondamental qui est celui des libertés qu’elle soit individuelle ou collective et l’histoire retiendra la position de chacun devant cette injustice car à travers la LADDH c’est toute la société qu’on veut museler

BéjaiaNews : Le wali évoque le caractère illégal de votre organisation ?

Ca aurait été plus judicieux de s’entretenir avec la Ligue que de choisir la voie de presse en usant de réponses sans fondement juridique d’échappatoire et de semer la division ,d’ailleurs nous avons adressé une mise au point aux journaux pour clarifier les choses. Demain(03 Octobre)  le wali aura à répondre devant la chambre administrative suite à une plainte déposée quant à l’absence de motif évoqué par la réponse de la daïra de Souk El Tenine. la LADDH appelle à rejoindre massivement le rassemblement prévu devant le siege de la wilaya le 05 octobre 2017 qui reste une date symbole dans le combat pour la démocratisation de la société et la défense des libertés .

Entretien réalisé par Raouf M/BéjaiaNews