Accueil / Actualités / Béjaia: Hommage à Abdelhamid Benzine

Béjaia: Hommage à Abdelhamid Benzine

En hommage au feu Abdelhamid Benzine, aujourd’hui le 10 mars à partir de 13h30, le café littéraire de Béjaïa en collaboration avec l’association des amis de Abdelhamid Benzine, a organisé une projection-débat du film “nous n’étions pas des héros “ réalisé par Nasreddine Guenif, adaptation fiction du livre “le camp” de A Benzine.

Retraçant l’Algérie coloniale, un roman autobiographique écrit dans des moments délicats de son auteur qui était l’un de ces détenus qui avait subi les affres de la guerre, d’atroces supplices dans un camp créé pour pouvoir convertir les porteurs d’arme de FLN en Harkis servant la France. Le livre “le camp” est un assemblage de ces bouts de papiers portants des écrits décrivant la situation rudimentaire que traversait chacun de détenus de guerre.Des écrits avec un crayon mal taillé dans une main tremblante,enfouis sous sa couverture sous l’œil gardé de ses codétenus qui guettaient l’arrivée des légionnaires, c’étaient là, les seuls moments où Abdelhamid Benzine pouvait pondre quelques mots afin de peindre les atrocités subies dans ce camp de Boughari de Medea, entre février 1961 et juin 1962, après leur transfert de Lambèse. Boughari était un endroit coupé du monde où les cris des détenus ne résonnaient pas, ces cris des torturés en face de légionnaires inhumains, sans cœur Ces mots rédigés étaient le seul espoir pour les détenus afin de faire parvenir leurs douleurs, les injustices qu’ils subissaient à l’extérieur, pour sensibiliser l’opinion internationale et faire découvrir le vrai visage de la “pacification gaullienne “ .

Le narrateur, Abdelhamid Benzine était journaliste et commissaire du FLN, il était la cible des légionnaires qui ne cessaient de chercher à l’identifier, il était pointé de doigt pour son intellectualisme frappant, sa maîtrise de français, sa détermination et sa connaissance des lois tel son rappel à chaque fois que les prisonniers de guerre sont protégés par la convention de Genève. Abdelhamid Benzine (1926-2003) natif de Ath Ourtilane, en Kabylie avait fait ses études à Bougaa puis à Bejaia, collégien à Sétif d’où son adhérence au PPA dès l’âge de 14 ANS et avait rejoint le MTLD en 42, son premier séjour en prison remonte aux manifestations du 8 mai 45, en 50 il défendait les travailleurs algériens en France, en 53 il entre en parti communiste algérien, en 56 il avait rejoint les rangs de L’ALN, la même année, il a été pris dans un raccrochage, arrêté à Tlemcen.

Après l’indépendance il sera rédacteur en chef de Alger Républicain jusqu’à sa suspension en 65. Il sera auteur de nombreux ouvrages.

Wahiba Arbouche Messaci/BéjaiaNews