Accueil / Actualités / Béjaïa, L’espoir naissant chez les jeunes Bougiotes

Béjaïa, L’espoir naissant chez les jeunes Bougiotes

Les  jeunes du quartier d’ Ighil Ouazoug se mobilisent, aujourd’hui le 19 Avril, pour le troisième vendredi (matin)  dans ses campagnes de volontariat  d’envergure, pour le nettoyage de leur quartier, cet action a été  également, lancée dans nombreux quartiers  de la ville , où chaque citoyen contribue à sa façon pour apporter un changement à son environnement immédiat.

Dans son troisième challenge, l’entrée de la  ville de Béjaïa se débarrasse de ses détritus, de ses ordures, elle se lave pour reprendre son  visage d’autrefois !   Des  réparations, des coups de pinceau, des  revêtements des sols, des construction et  des restaurations des trottoirs et plein d’autres tâches qui se lancent,  dans plusieurs quartiers. Puis en débarrasser les endroits des immondices qui se sont amoncelés sur les  accotements de rues et les places publiques .

Les quelques  espaces verts sont dans l’abandon total nécessitant un intérêt de la part de L’APC et aux éléments de la Conservation des forêts de s’occuper de l’élagage d’arbres et d’entretien des jardins,

La mise en place de bacs à ordures afin d’encourager les visiteurs à y jeter leurs déchets et mettre fin au « spectacle désolant » qu’offrent ces endroits , jonchés de toute sorte de détritus notamment des emballages (canettes en aluminium, bouteilles et tessons de verre, plastique et papier).

Cette action de salubrité publique est, d’abord, considérée, chez ces jeunes, une sorte  d’exprimer leur espoir naissant avec la naissance d’une nouvelle Algérie qu’ils espèrent et  envisagent meilleure dans l’avenir.

Puis, elle  est sensibilisatrice  des citoyens à la propreté de l’environnement.

Ces  jeunes  d’Ighil Ouazoug  dont le  slogan « Akhdem kan, activent concrètement sur le terrain pour nettoyer les rues de la ville et   essaient , tant bien que mal  , à conférer un visage plus avenant à la ville, la main dans la main, ils  construisent leur ville ils incitent  les bénévoles à sortir chaque vendredi pour accomplir une action citoyenne des plus nobles

C’est la révolution de la ville qui se fait, réclamant sa réhabilitation

 » Nous sommes des constructeurs  et pas des destructeurs” crient ces jeunes »  et ils ajoutent:   “ L’APC n Bgayet a aussi contribué pour la réussite de cette initiation à 35%, d’ailleurs ils nous ont promis la fourniture des matériaux de construction pour  clôturer quelques espaces verts en espérant qu’ils tiendront à leurs promesse et qu’ils respecteront la quantité à fournir”

“ c’est un grand quartier ! C’est la porte de la ville, on a marre de la politique de bricolages”,   constatent-ils

“ Nous tenons  à remercier les familles et les commerçants d’Ighil Ouazoug, qui nous  ont dotés de l’eau minérale , des jus, des bonbons … Ainsi que des  plats traditionnels ( Sekssou . Tibouaajajine . Lakhfaf, lemla. café) pour nous encourager  dans ce que nous entreprenons, sans oublier le coup de main donné par le Commissariat de 6ème arrondissement  ainsi que ses contributions en argent et en peinture ainsi que leur coup de main. “  reconnaissent-ils

Ces jeunes promettent de rester unis et solidaires afin de prouver leur capacité tout  tout changer et que sans eux rien ne pourra  changer !

Le défi  de ces jeunes est lancé et, apparemment, leur détermination dans tous les domaines, dorénavant, s’affiche  et les choses commencent à être prises en main. Ces derniers ne veulent compter sur personne, c’est leur pays, il est temps de le récupérer et de saisir leurs biens et   au lieu de chercher les nuances de lumière ailleurs pourquoi ne pas réparer leurs propres lampes ?

Le “Hirak” a enseigné aux jeunes gens la solidarité, l’union et  le pacifisme, il leur a ouvert les yeux sur beaucoup de réalités tant ignorées, il a fait naître  en eux cette prise de conscience et a, notamment, semé dans leurs esprits, l’espoir de vivre comme tous les autres peuples, l’espoir de voir leur pays dans la stabilité et prendre, enfin, le flambeau après tant d’années de misère.

 Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews