Accueil / Actualités / Béjaia : Saison estivale ratée !
Plage desertée 1

Béjaia : Saison estivale ratée !

Le flux de vacanciers, à Béjaïa , est moins important cette années ,c’est moins mouvementé comparativement avec les années précédentes. Commerçants et occupants des plages et hôtes, aubergistes et hôteliers se plaignent , moult raisons, ainsi sont soulevées.

La plupart des opérateurs pointent de doigts la cherté de la vie , l’ augmentation remarquable des prix dans les villes côtières, en commençant du parking, l’hébergement, la restauration et même les supérettes et d’autres commerces ont suivi le même sillage , ce qui fait fuir l’estivant pour d’autres destinations même parfois étrangères, ajoutant la mauvaise qualité des services en comparant avec d’autres lieux destinés au tourisme,  » passer une quinzaine de jours en Tunisie me revient moins cher, franchement, qu’une semaine ici à Bejaia » nous a confié une dame, d’un certain âge, venant de Bouira . Un homme, la cinquantaine, , de son côté, se plaint de la qualité des services, ,  » mon séjour familial est infernal, l’hôtel où j’ai loué est envahi par les filles de joie, cela m’a humilié énormément »  » Je dois faire des kms pour me rendre en ville afin de faire les courses, car les prix sont inapprochables » nous a communiqué un autre père de famille, venant de Msila En voulant mieux cerner la contrainte, nous nous sommes approchés des jeunes qui dominent les espaces , les enfants de la région de Maghra, commune de Boukhlifa, Tichy c’est eux qui s’occupent des plages leur seule revendication reste l’aide des autorités locales dans le bon sens, ils sont livrés à eux même et s’indignent  » tout est assumé par nous , toutes les charges sont payées de nos propres poches, de nos cotisations, c’est nous qui faisons le nettoyage, la restauration, les maîtres nageurs, les agents de sécurité et les autorités locales ne se manifestent que pour nous esquinter et nous freiner….. » En voulant s’ informer sur les estivants et leur nombre, un gardien de parking nous a répondu,  » en dehors des week-end, les plages restent presque vides, on dirait que l’été n’est pas encore là » Un autre jeune, tout révolté nous a juré que même la citerne en eau potable est assurée par eux pour servir les agents de la police et de la gendarmerie qui se trouvent sur les lieux…. La jeunesse de la région ne sait à quel saint se vouer, notamment lorsque sa seule rente annuelle n’est attendue que pendant cette période. Pourtant , deux conseils de wilaya ont été tenus , le mois de mai dernier, d’après un fonctionnaire de la daïra de Tichy, pour discuter le lancement de la saison estivale 2017 , une commission était installée pour recenser les points noirs soulevés préalablement par les présidents des APC, des communes côtières afin de préparer les plages et améliorer les conditions des estivants et leur assurer un paisible séjour. Pour la sécurité des visiteurs, les agents de la police et de la gendarmerie étaient prévus pour assurer la régulation de la circulation routière. Sur le plan environnemental, des agents d’entretiens étaient programmés pour l’hygiène des lieux. Du côté hébergement , les établissements de l’éducation et ceux de la formation professionnelle étaient promis puisque leur prix est accessible. Même d’ailleurs le côté culturel était renforcé ! Des soirées de chant étaient programmées afin d’éloigner de l’oisiveté cet étranger qui a fait des km et a jeté son dévolu sur la ville des Bejaouis pour faire d’elle son paradis estival de cette année! Où sont passées toutes les promesses de nos élus?

La richesse naturelle de Béjaïa, est- elle suffisante pour qu’elle soit une wilaya à vocation touristique ? N’a-t-elle pas besoin d’une main salutaire pour lui rendre sa place historique, en tant que ville de savoir et de multiples civilisations? Malgré qu’elle est lésée en comparant avec d’autres villes d’Algérie, sa beauté demeure prisée ainsi, passer des vacances à Bougie, est un rêve, l’hospitalité, l’ouverture d’esprit chez les Bejaouis marquent chacun qui tente y poser son pied malgré toutes ces contraintes assignées, tant que le côté naturel est divin! Peut- on mieux faire que le bon dieux ?

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews