Accueil / Actualités / Béjaia : Sauvons Béjaïa , dans son dernier râle
perle

Béjaia : Sauvons Béjaïa , dans son dernier râle

Si les hommes d’aujourd’hui, n’arrivent pas à gérer leur ville … Autrefois,d’autres Hommes étaient sortis de l’anonymat pour faire de Béjaïa une ville de savoir, le piédestal de moult civilisations.

L’ antique Saldae, n’est pas seulement cette histoire de mer et de ses plages c’est notamment des sites historiques, naturels à visiter pour une détente sans égal nulle-part ailleurs…. Unique dans son genre est cette perle de l’Afrique du Nord… Elle regorge des lieux plus splendides les uns que les autres, des lieux incontournables, divers et multiples Lorsqu’on est à la recherche du sauvage c’est dans ses forêts, ses montagnes et pourquoi ne pas faire un saut au mont Gouraya… une aubaine des amoureux de la nature! Un paysage à couper le souffle! De 660m d’altitude, nombreuses légendes avaient tenté d’expliquer son nom et le secret de cette forme de femme que porte cette sainte patronne. Lorsque le but de la visite vise le côté féerique de la nature, la Brise de Mer s’impose pour remplir l’oeil avide de la beauté divine, une destination nocturne des Bougiote…la grotte d’Aokas n’en est pas moins ! Un véritable trésor « naturel » d’une splendeur dont seule dame nature possède le secret! Sans oublier les Aiguades ainsi que ses différents musées sans compter d’autres endroits qui méritent d’être cités car ils sont ancrés dans la mémoire de chaque visiteur qui y fait son halte . Lorsque c’est la grandiose qui est recherchée, le cap Carbon est présent pour témoigner avec son plus haut phare  » Naturel » au monde, une création majestueuse que le créateur n’a voulu éblouir sa créature qu’en arpentant cette millénaire ville, qui est notre Bejaia…. Sinon pourquoi ne pas prendre son café à la fameuse place Guidon » place de 1er novembre » qui offre à son visiteur cette vue de rêve, une vue digne de grands artistes de XIX ème siècle, ces Romantistes qui contemplent les paysages afin de les faire parler . On ne peut omettre les cascades de Kifrida, un autre site  » naturel » par excellence, un véritable régal des yeux! Chaque année, elles constituent le lieu de pèlerinage inéluctable des passants , une chute d’eau de 800 m d’altitude ! Une extravagante création divine…..si , malheureusement, ce n’est le manque d’aménagement, un manque de considération, un endroit dans son état sauvage, très pollué, très délaissé, Nos cascades crient le martyre aujourd’hui.

En plus de ses sites, Béjaïa, relève des meilleurs golfs du monde avec ses plages aux sédiments divers qui ne cessent de séduire le visiteur s’impatientant pour venir faire son séjour paradisiaque. La » Nature » et sa richesse en sites l’histoire des civilisations, un patrimoine artisanal ancestral considérable, une population accueillante, chaleureuse et traditions millénaires très conservées dans un écrin , on dirait, ceux sont là les atouts indéniables pouvant accrocher l’intérêt de tout type de touriste local et étranger pour cette ancienne capitale, cependant, le tourisme de la région est à l’état embryonnaire, rudimentaire, car si la nature a bien fait les choses, l’homme n’a fourni aucun effort pour que l’aménagement soit apporté, l’état de Béjaïa est déplorable, interpelle tous les acteurs locaux et nationaux à travers une mise en valeur intégrée et intelligente qui la préserve de la dégradation qui s’affiche de jour en jour, il est dommage pour une ville touristique , une ville de savoir connue par son exceptionnelle beauté, qu’elle soit gérée par ceux qui préfèrent la couleur du béton à l’odeur du Jasmin et la pollution de l’air à l’écoute de la musique et de ses airs…. Quoique les autorités soient conscientes de l’apport de cette richesse naturelle au développement économique de la région, elles restent sourdes et muettes quant à l’aménagement des efforts pour attirer des investisseurs intéressés par la réalisation des infrastructures et tout ce qui pourrait contribuer afin de promouvoir ce domaine, ajoutant que l’investissement dans ce secteur permettait la création d’emplois, et le contact avec d’autres cultures engendrerait l’évolution des mentalités, l’ouverture des esprits qui se vérifieraient dans les comportements et pourquoi pas dans la conduite et le savoir faire, du moment où le citoyen d’aujourd’hui fait de la rue la décharge d’ordures, déversées par ci par là, du moment où, le civisme est recherché au microscope et du moment où, Le bien commun est détérioré abimé au su et au vu de tous… Sauvons notre perle de l’agonie avant que ça soit trop tard! Sauvons la nature , pour que nous soyons sauvés !

Wahiba Arbouche Messaci/BéjaiaNews