Accueil / Chemini / Chemini : L’accablement judiciaire contre les militants associatifs se poursuit
L'ex président du comité de village Sidi El Hadj Hsseine devant le juge le 24 janvier prochain

Chemini : L’accablement judiciaire contre les militants associatifs se poursuit

Mohamed Larfi,ex président du comité de village Sidi El Hadj Hsseine devant le juge le 24 janvier prochain

Un autre cas d’intimidation vient de se produire à Chemini suite à l’introduction de trois plaintes ,par le maire de Chemini, contre l’ex président du village Sidi El Hadj Hsseiene, en l’occurrence Mohamed Larfi, pour diffamation et déclaration calomnieuse, Il a fallu attendre qu’il remit son mandat aux villageois pour voir le maire, actionner des procédures judiciaires, quelle duperie ? Témoigne un membre du comité du village.

Mohamed Larfi, sera comparu devant le juge, dans sa première affaire, le 24 Janvier prochain, il est accusé de diffamation et de déclaration calomnieuse. Les faits, remontent au mois d’Avril de l’année 2015, suite à un rassemblement observé par les habitants de SHH, devant le siège de la daïra de Chemini. Mohamed Larfi , en sa qualité du président du comité , avait signé des correspondances adressés aux autorités concerneés, tirant la sonnette d’alarme sur des anomalies constatées sur certains projets , que son village avait bénéficié, ainsi que le non respect des textes de lois ,régissant le fonctionnement de l’assemblée populaire de Chemini, accusant ouvertement le maire de Chemini d’avoir exclu le village de SHH dans l’élaboration de PCD et leur répartition.

Personne n’ignore aujourd’hui que l’assemblée de Chemini n’a aucunement présenté son bilan de gestion, depuis son installation à ce jour, révèle Mohamed Larfi, dans les deux correspondances adressées aux autorités concernées , en sa qualité du président du comité de village, « La population de Chemini est de son droit d’avoir un regard sur la gestion de sa commune, que cache t-on avec ce verrouillage et le black out et a quoi obéit ces démarches judiciaires et accablement? S’interroge Mohamed Laarfi

Raouf M / BéjaiaNews