18 août 2017

BejaiaNews

Toute l'actualité de Béjaia et de ses environs

Conférence de Said Saadi à Béjaia : Les autorités redoutent l’effet Aokas

3 min read

[dropcap]I[/dropcap]nattendu par certains et prévisible par d’autres; le silence radio des forces de sécurité observé, ce 17 août au TRB, est une suite logique à la récente démonstration de force  autour d’une cause juste, celle d’avoir le droit d’écouter un conférencier, désormais les forces de l’ordre de la daïra de Béjaia se sont éclipsées en laissant place à des dizaines de citoyens venus des quartes coins de la wilaya pour assister à la conférence prévue de Said Saadi sur Cherif Kheddam.

La salle TRB ne pouvait plus contenir les militants du RCD venus en force, militants du RPK (MAK modéré) anciens militants du FFS et surtout des animateurs de l’historique mouvement des kabyles (MCB) à l’image de Djamel Zehnati et Amar Mezdad sans oublier bien sûr les fidèles au combat du docteur Saadi; ses deux députés et ses dizaines d’élus. Avant de céder la parole au conférencier, l’animateur en Chef Café littéraire, Khaled Zirem, a bien expliqué à l’assistance les aléas de la bureaucratie des autorités locales, puis avec la jeune Nabila de café littéraire, qui a présenté le livre de Saadi sur da Cherif Kheddem d’une manière synthétique. L’autre animateur  café littéraire, Kader Sadji, intervient pour renforcer les convictions des présents à cette conférence en mettant en garde les autorités locales sur le danger de l’arbitraire de l’injure et de méfiance envers la population.

Dans sa prise de parole, le toubib ne pouvait pas rester indifférent face à la provocation des autorités, il commenta ainsi les interdictions répétées aux conférenciers des cafés littéraires tout en insistant sur le rôle de la culture dans l’évolution des sociétés. C’est aussi l’idée motrice de son livre sur le chanteur kabyle, en faisant sortir une sorte de conclusion sur le fait que la culture forme le noyau de la résistance de la société. Docteur Saadi a répondu à la question d’un citoyen sur le pourquoi il a écrit un livre sur da Cherif et pas Ferhat, dans sa réponse Sadi a dit qu’il a choisi da Cherif parce que c’est un exemple de persévérance, de militantisme culturel et de responsabilité de porter un message à la jeunesse dont lui témoigne de la sagesse du chanteur kabyle. Enfin, suite à la question d’une jeune journaliste sur le limogeage de premier ministre, Said Saadi a choisi de ne pas commenter cet événement en disant que depuis un moment il s’intéresse plus à ce qui traîne dans le système.

A la fin de la conférence, une vente dédicace était programmé dans le hall du TRB, des militants du RCD disputent une photo et une signature du toubib.

Massinissa Touahri / BéjaiaNews

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.