Accueil / Actualités / Dérapage et éclatement des émeutes à Béjaia : La classe politique est t-elle responsable ?

Dérapage et éclatement des émeutes à Béjaia : La classe politique est t-elle responsable ?

La réussite de la grève dans son premier jour a contraint certaines parties à inciter des jeunes à provoquer des scènes d’émeutes, pour discréditer l’action; témoigne un habitant de Béjaia, « Le mot d’ordre de s la grève a été largement suivi, c’est suite à cette démonstration que des parties, s’adonnent à des scènes d’émeutes et d’affrontements avec les services de sécurités, c’est la seule arme qu’ils détiennent pour casser le mot d’ordre de la grève » et de répliquer à ceux qui prétextent que l’appel à la grève a été anonyme. « Nous ne sommes pas anonymes, nous sommes responsables de nos actions, nous avons fermé nos magasins après avoir prévenu nos clientèles ».

Ce dérapage, nous explique un observateur politique est du à l’absence de la classe politique, à travers ses élus et députés, dans l’encadrement de la contestation populaire «L’appel a été lancé, même anonymement, depuis plus de deux semaines, mais aucun parti politique n’a osé réagir » et de s’interroger « Trouvez vous moral qu’un parti politique ou un partenaire social, se contente au statut d’observateur et attend l’éclatement des émeutes pour le voir réagir à travers une déclaration, appelant au calme et à la non violence; Cette grève doit garder son caractère pacifique et les gens doivent rester chez eux dans les quatre jours à venir pour épargner la grève de toute tentative de casse et de récupération » lance un commerçant aux habitants de la wilaya de Béjaia.

A noter que plusieurs scènes d’émeutes ont été éclaté à travers la wilaya de Béjaia et un bus appartenant à la société de transport en commun ETUB a été incendié. Dans certaines localités, les services de sécurité ont recouru à l’utilisation de balles à caoutchouc pour disperser les manifestants qui assiègent leurs commissariats. Aucun blessé n’a été enregistré.

Raouf M / BéjaiaNews