Accueil / Actualités / DGSN : 97% des accidents de la route sont dus à l’élément humain
Quarante-deux accidents de la route durant le mois de septembre à Béjaia

DGSN : 97% des accidents de la route sont dus à l’élément humain

La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) présente son bilan des accidents de la route. Dans un rapport détaillé remis au général-major, Abdelghani Hamel, la DGSN fait état de la limitation des accidents de la route dans les secteurs urbain.

Une baisse qui est expliquée en partie par l’information qui joue un rôle basique en matière de développement des secteurs de prévention. Les dommages occasionnés par les accidents de la circulation restent importants, notamment en perte de vies humaines. Les analyses des données chiffrées et l’étude des différents rapports sur les dizaines de milliers d’accidents de la route ont abouti au fait que l’élément humain constitue la principale raison de ce « terrorisme routier ».

En effet, sur plus de 16.000 accidents enregistrés durant l’année écoulée, 15.900 ont été provoqués par le facteur humain, soit 97,97%. Cette faute peut être l’excès de vitesse, le dépassement dangereux, le non respect de la signalisation, la conduite en état de fatigue… Il est à rappeler que près de 5.000 personnes ont péri sur les routes en 2015. Un peu moins en 2014.

Et l’année 2016 est marquée par un nombre important de graves accidents ayant causé la mort de dizaines de personnes. Rien que la nuit de samedi, neuf personnes, dont huit enfants, ont péri dans un accident de la route survenu à Skikda. Cette collision entre un minibus et un véhicule léger a été fatale pour ces chérubins partis à la fleur de l’âge à cause de la bêtise humaine.

La DGSN insiste dans son rapport sur la nécessité de renforcer la sensibilisation par, notamment, l’enseignement des bonnes pratiques de la sécurité routière aux enfants, « en forme de leçon model, animée par un policier spécialisé en matière de circulation et ce, pour les élèves des premiers cycles au sein de l’établissement scolaire, afin de participer à la  préparation de l’homme de demain ».

Cette « action de sensibilisation soumise à une évaluation scientifique contribuera au développement national et à la stabilité de la société », estime cette institution sécuritaire qui dit « accorder une importance considérable à la société civile et aux  associations, en informant sur les plans et les programmes, ainsi que les procédures de prévention qui sert à la limitation des accidents de la circulation ».

Malik Moffok / Impact24