Accueil / Actualités / Hommage à Danièle Djamila Amrane, la Moudjahida, poseuse de bombes
Daniele 1

Hommage à Danièle Djamila Amrane, la Moudjahida, poseuse de bombes

Cela fait une année que L’Algérie a enterrée l’une de ses fidèles âmes ! Une année que Danièle Minne, Djamila Amrane, veuve Khelil Amrane…L’une de ces belles petites Françaises éprises de cette terre colonisée où la misère, le manque, la pauvreté dominaient même si la chaleur humaine, la dignité et la fierté régnaient.

C’était en 1947 que la petite Danièle, âgée de 8 ans qu’elle avait fait sa première connaissance de cette terre qui deviendrait la sienne, la terre qu’elle avait tant défendue âme et corps et c’était en 1956, à 17 ans, qu’elle avait pris le chemin du maquis, après sa participation à la grève des étudiants, nourrie d’esprit militant, malgré son jeune âge, cette jeune fille faisait déjà l’infirmière des maquisards puis convertie en poseuse de bombes au profit de l’ FLN. En décembre 57, condamnée à 7 ans de prison à Barbarous d’Alger puis transférée en France et ce n’était qu’à la veille de l’indépendance qu’elle était, enfin, amnistiée.

Après l’indépendance elle était devenue Djamila, puisqu’elle avait opté pour la nationalité algérienne, après le pire vécu lors de la guerre, elle décida de frôler le meilleur auprès du frère de son défunt mari, le grand Martyr, dont le nom est donné au chu de Bejaia Djamila est titulaire de doctorat d’Etat puis de titre de professeur en histoire et études féminines à l’université d’Alger puis à Toulouse, elle est considérée le premier professeur en histoire de nationalité algérienne. Cette grande dame se compte également parmi les écrivains et poètes puisque plusieurs ouvrages et recueils poétiques lui reviennent.

Une femme au cœur large qui s’ouvrait pour tous, qui a su laisser ses empreintes dans la grandeur, la bonté, la charité et notamment dans le savoir, l’une des bougies importée que L’Algérie a adoptée faisant sa fierté et qu’elle avait tant pris dans ses bras jusqu’au 11 février 2017 lorsque “notre “Djamila “ tire sa révérence pour un monde meilleur ainsi s’incruster dans le cœur de ce pays qui a payé cher son indépendance et dans le cœur de tout Algérien qui reconnaît la vraie valeur de ce pays.

Wahiba Arbouche Messaci/BéjaiaNews