Accueil / Actualités / Ifri: Le peuple se réapproprie du congrès de la Soummam

Ifri: Le peuple se réapproprie du congrès de la Soummam

Intervenant dans un contexte politique particulier ,la commémoration du 63e anniversaire du congrès de la Soummam a été marquée par plusieurs actions de protestation.

Le siège ayant abrité le congrès de la Soummam a été envahi depuis la première heure de la matinée par des milliers de citoyens, venus de quatre coins du pays, pour rendre hommage aux martyrs de la guerre de libération mais aussi pour exprimer leur détermination à poursuivre la révolution populaire née le 16 Février à Kherrata, jusqu’au déracinement du système et la construction d’une l’Algérie libre démocratique et sociale.

Deux meetings ont été organisés parallèlement, l’un est animé par les forces de l’alternative démocratique regroupant plusieurs partis politiques et personnalités et le deuxième à l’initiative du comité citoyen de la ville d’Ouzelaguen pour la libération des détenus.

La restitution de la souveraineté du peuple et la primauté du politique sur le militaire ont été fortement clamés par les intervenants, qui se sont succédés aux tribunes pour rappeller que la révolution joyeuse est sur la voie de construire une nouvelle Algérie, comme l’ont tracé les six architectes de la révolution réunis ici même à Ifri, accompagnés par des cris « Dawla Madania machi aaskariya « et des youyous de femmes présentes en force .

Libérez les détenus a fortement résonné aujourd’hui à Ifri Ouzellaguen, suite à l’intervention de l’avocate Bakhti Aouicha du collectif de la défense des détenus et membre du réseau contre la répression, en rassurant les familles des détenus, présentes en force, que les prisonniers de l’emblème, à qui leur avait rendu visite dimanche dernier, sont armés d’un moral d’acier, et qu’ils leur  demandent juste de ne pas négocier leur libération, parce-que à leurs yeux, « La liberté n’a aucun sens dans  un pays pris en otage »

Contrairement aux années précédentes, le siège du congrès de la Soummam n’a pas été visité par les officiels ,ce qui laisse à dire à un citoyen rencontré sur les lieux que le peuple vient de se réapproprier de ce monument historique.