Accueil / Actualités / La 5e édition du FCE au campus d’Aboudaou : Vulgariser le contrôle aux frontières

La 5e édition du FCE au campus d’Aboudaou : Vulgariser le contrôle aux frontières

Pour sa cinquième édition de l’année en cours qui s’est tenue, avant-hier, au campus d’Aboudaou, la délégation de Béjaia du forum des chefs d’entreprise a opté pour le contrôle aux frontières et le contrôle de la qualité. Les services des douanes, de l’agriculture et du commerce ont été sollicités pour l’animation de conférences. C’est ainsi que M. Merah et Melle Hocini, de la direction du commerce, ont présenté des communications sur les procédures de contrôle aux frontières et sur le contrôle à la production dans des unités industrielles, M. Ait Abdellah, de l’inspection des douanes, a disserté autour des facilités douanières en tant que mécanismes de soutien à l’économie nationale et le Docteur Idres, de l’inspection vétérinaire de la direction de l’agriculture, a présenté le service sanitaire vétérinaire aux postes frontaliers. Il en ressort, à travers ces communications, que le contrôle de la qualité et de la répression des fraudes aux frontières est effectué, à Bejaia, par des brigades de l’inspection portuaire en se basant sur un ensemble de textes pour chaque produit. Le conférencier dira que les procédures sont, depuis une décennie, réadaptées à l’effet que celles-ci soient complémentaires des actions des autres partenaires du port. De même que pour le contrôle de qualité dans les unités industrielles, sa collègue fera un bref aperçu du travail effectué dans les procédures de contrôle et l’évaluation des analyses. Pour celle-ci, les entreprises font face à des défis dictés par des impératifs de sécurité, d’innocuité, d’hygiène et de traçabilité des produits.

Deux autres rencontres avant la fin de l’année

Le constat direct se fait par un contrôle documentaire et une inspection des produits et le contrôle analytique se fait en cas de suspicion sur la qualité intrinsèque du produit. L’objectif, étant selon l’oratrice, de lutter contre la concurrence déloyale et la contrefaçon afin d’aboutir, aussi, à mettre sur le marché un produit concurrentiel éligible à l’exportation. Justement, l’exportation est priorisée et cela a été souligné par le représentant des douanes qui dira que la promotion des exportations hors hydrocarbures est une réalité sur le terrain. Il citera les différentes facilités et allègements introduits, notamment les différentes dispenses ainsi que la priorité, par exemple, dans la mise à quai des marchandises destinées à l’exportation. De son côté, l’inspecteur vétérinaire, tout en présentant ses services, parlera de l’intervention de ces derniers au niveau du port en effectuant des contrôles documentaires et qualitatifs des produits. Il regrettera toutefois que le service phytosanitaire soit obligé de tout envoyer à Draa Ben Khedda ou Alger pour analyse. Lors de l’ouverture de la séance, le délégué régional du FCE, Docteur Azzoug a déclaré qu’une synthèse des quatre précédentes éditions sera diffusée très prochainement car ceci représente une sorte de mémorandum qui a éclairé les entrepreneurs sur la voie à suivre. Il dira, également, qu’il est nécessaire de mener de front le nouveau modèle économique et l’accompagner jusqu’à la réussite. Pour celui-ci, le désengagement de l’Etat du secteur économique permettra aux entreprises de se prendre en charge en ayant comme devise un maximum de profit avec un minimum de ressources. Après avoir énuméré les thèmes des quatre dernières éditions, M. Azzoug annoncera l’organisation de deux autres rencontres au mois de novembre et décembre lesquelles porteront sur le secteur du tourisme, pour la première, et l’aménagement du territoire et le développement urbain pour la deuxième.

A. Gana / DDK