Accueil / Actualités / La femme et le mouvement populaire/Wahiba Agsous

La femme et le mouvement populaire/Wahiba Agsous

Depuis le 22 février, des algériennes manifestent héroïquement dans la rue et sortent m,assivement, surtout depuis le 8 Mars 2019, pour éradiquer le système en place.

Les femmes brisent ainsi le tabous en investissant les rues mais sans aucun cadre organisationnel pouvant mettre e,fficacement, en avant ses revendications spécifiques et affirmer leur appartenance au sexe féminin, soumis à une législation juridique qui les réduit à des mineures.

Je parle du collectif libre et indépendant des femmes de Béjaia, d’Amizour, d’El kseur, d’Aokas, de Sidi Aich, de Bouira et ceux d’ Alger, d’Oran et de Tizi Ouzou qui doivent nécessairement, réfléchir à se doter d’un cadre organisationnel conséquent .

Est-ce dû au manque de conscience ou bien ne se sentent-elles pas concernées par leur condition ?

Notre collectif s’inscrit dans la construction d’une Algérie libre et démocratique à travers des luttes quotidiennes, en exigeant le départ immédiat du système en place sous le slogan  » femmes s’engagent. Système dégage »; l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines ; l’abrogation du code de la famille; contre les violences faites aux femmes et le respect des libertés individuelles et collectives.

Notre intervention se limite à la sensibilisation des femmes qui restent l’otage des mentalités rétrogrades ,un travail qui nécessite une endurance et la présence permanente dans des espaces publics.

Une coordination regroupant les collectifs de la wilaya, a vu le jour qui s’adonne à élaborer une plate forme de revendications et une feuille de route ainsi un plan d’action à mener dans les jours à venir .

Pas de démocratie sans droits de femmes et pas de droits de femmes sans démocratie

W.A/membre du Collectif libre et indépendant des femmes de Béjaia