23 juin 2019

BejaiaNews

Toute l'actualité de Béjaia et de ses environs

La mobilisation pour la libération des détenus ayant brandi l’emblème amazigh, se renforce.

3 min read

 

Décidément, la mise sous mandat de dépôt des manifestants arrêtés , vendredi, en brandissant l’emblème AMAZIGH, commence à gagner la solidarité de la société civile dans différents coins du pays.

Des rassemblements ont été tenus aujourd’hui à Béjaïa, la place Saïd Mekbel et à Tazmalt aussi, d’autres sont programmés pour la journée de demain 24 juin , l’un sera tenu par la société civile à 17 h et l’autre par la communauté universitaire à 19h.

A Ighzer Amokrane, la population se prépare également pour une marche et une grève générale, une paralysie de tous les secteurs durant toute la matinée afin d’exprimer leur  mécontentement quant à l’injustice subie par tous ces jeunes qui se retrouvent incarcérés pour avoir brandi le drapeau représentant leur identité ainsi que la vraie identité de tous les Algériens

Une grève générale a été marquée aujourd’hui, dans la localité, dite Naciria de Boumerdès par  tous les secteurs exigeant la libération des tous les détenus de l’opinion.

Ces manifestants placés en mandat de dépôt , aujourd’hui, dimanche 23 juin,  pour avoir brandi lors des marches du 18e vendredi à Alger, le drapeau amazighe.

En réponse au discours prononcé, mercredi dernier, par le chef d’état-major de l’ANP, Gaïd Salah, dans lequel il avait mis en garde contre le brandissement de drapeaux autre que l’emblème national lors des marches populaires, des ordres et instructions fermes donc ont été donnés aux forces de sécurité afin d’arrêter tous ceux qui ne respectent pas les directives de ce général de l’ANP

Dans la matinée d’aujourd’hui, devant le siège du tribunal de Sidi M’hamed à Alger, nombreux étaient les citoyens qui se sont rassemblés pour apporter leur soutien aux personnes interpellées, scandant des slogans hostiles au pouvoir et en soutien à tous les détenus d’opinion arrêtés injustement depuis le début du soulèvement populaire.

Aouicha Bekhti, une avocate , a déclaré que tous les manifestants arrêtés à Alger, ont été incarcérés à la prison d’El Harrach. Elle indique aussi que les mis en cause « sont poursuivis pour atteinte à l’unité nationale en brandissant un emblème autre que l’emblème national conformément aux dispositions de l’article 79 du code pénal ».

Le collectif des avocats, quant à lui, fera appel dès demain matin des ordonnances des juges d’instruction plaçant ces personnes en détention provisoire et ont annoncé, « Nous plaiderons leurs causes car il n’y a aucune disposition pénale qui sanctionne le port d’un emblème autre que l’emblème national. Les poursuites engagées sur ces faits n’ont aucune base légale. Pas de peine sans texte légal »

 

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews

 

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.