Accueil / Actualités / Le wali réunit les investisseurs et interpelle «ses» directeurs : «Cessez vos blocages !»

Le wali réunit les investisseurs et interpelle «ses» directeurs : «Cessez vos blocages !»

Avant l’ouverture du séminaire national sur l’enseignement inclusif au campus d’Aboudaou, le wali avait réuni, dans la matinée, à l’auditorium du même campus, les investisseurs de la zone d’activités de Béjaïa. Ces derniers ont profité de l’occasion pour soulever les difficultés auxquelles ils font face dans le cadre de la réalisation de leurs projets. Le point crucial qui avait attiré l’attention se rapportait aux constructions illicites enregistrées dans le côté Ouest. Le wali a été intransigeant en ordonnant leur démolition. Il rappellera la loi 04/05 qui stipule qu’il faut procéder à la démolition, sans passer nécessairement par la justice. D’ailleurs, il instruira le chef de daïra de Béjaïa à cet effet, et informera les autorités concernées que la réquisition de la force publique a été faite. Il se désolera qu’il y ait trop de bidonvilles à la place de véritables investissements. Il instruira, également, le chef de daïra de recenser toutes les poches de terrain inoccupées dans un délai de 10 jours, afin de pouvoir les rentabiliser par le biais d’investissements fructueux. Il faut exploiter rationnellement le foncier, soulignera-t-il. Lors de leurs interventions, les investisseurs ont soulevé des problèmes liés au réseau électrique, au faible débit d’internet, ou encore à la bureaucratie. Le wali a invité les responsables concernés à répondre aux attentes de ces investisseurs et il se désolera, encore une fois, de devoir faire des remarques désobligeantes pour pousser les différents directeurs à assumer, comme il se doit, leurs responsabilités. «J’en ai marre de vos blocages !», tonnera-t-il à l’adresse des membres de son exécutif, dont quelques uns exigent encore des pièces administratives qui n’ont plus leur raison d’être, au moment où les pouvoirs publics essaient d’alléger les dossiers, d’autant plus que les lois algériennes, soulignera-t-il, sont flexibles et pas du tout rigides. Pour ce qui est de la gestion de la zone portuaire, il annoncera des nouveautés pour bientôt, suite aux travaux engagés dans le cadre d’un financement participatif des principaux opérateurs qui s’y trouvent. Il citera le câblage souterrain afin d’éviter le réseau aérien qui bloque le foncier par son périmètre de sécurité.

A Gana / DDK