Accueil / Actualités / Les Algériens et les fêtes dites chrétiennes

Les Algériens et les fêtes dites chrétiennes

Noël , cette fête qui ne cesse de séduire les Musulmans, et continue à fasciner les pauvres Algériens baignant dans leur fameuse crise interminable qui les épuise et les anéantit de jour en jour …

Entre le calendrier hégirien et le grégorien, le choix s’avère difficile, l’Algérien vit religieusement par rapport au premier et travaille par rapport au deuxième, c’est entre le “ hallal” et le “haram” le cœur sillonne, entre les exigences de l’islamisme qui incite au rejet de toute fête non musulmane et celles des tendances à s’accrocher à tout ce que le vent de l’ouest apporte et à tout ce qui vient de France notamment, signifiant l’émancipation, la grande classe et le développement social dans la mentalité de nombreux Algériens.

Cependant, pour goûter aux saveurs de cette fête en Algérie, il faut être riche car les bourses modestes sont bonnement exclues de ces soirées organisées dans des restaurants ou des hôtels ayant concocté des programmes spéciaux pour des soirées divertissantes avec musique, animations et gastronomie. Les tarifs affichés sont exorbitants, une place dans un hôtel moyen de Bejaia coûte les yeux de la tête,il n’est guère du ressort d’un fonctionnaire à peine arrivant à boucler le mois de s’y permettre. Néanmoins les regards se penchent vers d’autres destinations étrangères, puisqu’une semaine dans un hôtel à quatre étoiles en Tunisie, les frais de voyage compris, revient, de loin, moins cher . Tout compte fait, la Tunisie est considérée la destination phare, la plus prisée par les Algériens vu les prix attrayants ainsi que l’accessibilité par route sans parler du bien-être et du confort offert. Quant à la Turquie, elle reste le rêve de plusieurs familles notamment des femmes éprises des feuilletons turques vivant dans cet espoir d’admirer les endroits fascinants et la rencontre de ces acteurs tant adorés mais il faut dire que ce n’est pas donné à tous de fêter le réveillon dans ce chic pays touristique, car les prix ne sont guère accessibles.

Même si cette fête de la Saint Sylvestre semble rentrée dans les mœurs avec son sapin décoré en cadeaux et aux guirlandes qui fait tant la joie des enfants, sans perdre de vue, la délicieuse bûche au bon chocolat tant savourée. Pour quelques uns, cette fête est célébrée loin des considérations religieuses et culturelles, pour les autres ce n’est qu’une tradition laissée par les Français mais pour une minorité qui résiste à la tentation de fêter cet événement considéré païen, elle ne mérite même pas d’être célébrée.

Très confus sont les Algériens, entre fêter l’arrivée du nouvel an ou fermer les yeux sous plusieurs prétextes, religieux, social ou culturel mais qui n’est en réalité que financier selon quelques familles bougiotes rencontrées, qui ne peuvent s’abstenir devant ce qui peut faire la joie de leurs enfants notamment .

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews