Accueil / Actualités / Livraison de la pénétrante autoroutière Béjaia-Ahnif : D’échéance en échéance !

Livraison de la pénétrante autoroutière Béjaia-Ahnif : D’échéance en échéance !

Prévue initialement pour le 20 août dernier, puis reportée à une date ultérieure, la livraison de la première tranche de la pénétrante autoroutière Ahnif-Ouzellaguen, sur 50 kilomètres, risque d’avoir un retard de plusieurs mois.

C’est le constat fait par la commission aménagement du territoire et transport de l’APW de Béjaïa. «La livraison de la première tranche de 50 km (Bouira-Ouzellaguen) de la pénétrante autoroutière devant relier le port de Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest risque d’être retardée de plusieurs mois, selon ce que nous avons constaté sur le site, avant-hier. Elle ne sera jamais livrée dans les normes, avant la fin du premier semestre de l’année 2017, vu la lenteur des travaux», a indiqué M. Mimouni, président de ladite commission. Par ailleurs, le même élu soutient que la livraison de la deuxième tranche, allant d’Ouzellaguen au port de Béjaïa, et du projet dans sa totalité initialement au 1er Novembre prochain, peut connaître un retard de plusieurs années. «Quant au reste de la pénétrante (Ouzellaguen – port de Béjaïa), les travaux avancent à pas de tortue. A ce rythme et vu ces temps de disette financière et l’amputation de l’enveloppe initiale consacrée au projet, qui était de 186 milliards de dinars, de pas moins de 70 milliards de dinars, lesquels ont été affectés début 2014 par l’ex-ministre des Travaux publics à la réalisation d’une autre bretelle autoroutière dans une autre wilaya, sans aucune explication, le risque est tout bonnement que ce projet demeure un rêve inachevé», a-t-il constaté amèrement. L’élu profitera de l’occasion pour faire un appel : «Toutes les bonnes volontés ainsi que les acteurs politiques jaloux du développement de la wilaya de Béjaïa sont sollicités pour se mobiliser et agir pour dénoncer ces retards flagrants et faire en sorte que ce projet, rêve de tous les citoyens de Béjaïa, se concrétise dans les meilleurs délais». Pour rappel, le wali de Béjaïa, Ouled Salah Zitouni, avait déclaré au début de l’année en cours, que la première tranche allait être mise en service le 20 août, à l’occasion de la célébration du Congrès de la Soummam, et que la livraison du projet, dans sa totalité, allait se faire le 1er novembre, coïncidant avec la commémoration du déclenchement de la guerre de libération nationale. Soulignons par ailleurs que ces retards ont conduit au limogeage du DTP de Béjaïa, qui, diront certains, aura servi de bouc émissaire.

Boualem S / DDK