Accueil / Actualités / Message au Président de la France

Message au Président de la France

Mr le président de la France, bonjour.
Nous avons la citoyenneté canadienne et la nationalité algérienne. Nous nous adressons à vous es-qualité. La loi française nous permet de devenir citoyen français. En France, vivent des amis français, des français d’origine algérienne qui nous sont proches. Nous vous assurons de notre immunisation contre le racisme, la haine et le mépris.
Dans les boyaux de l’information, vous envisagez d’effectuer une 3ème visite en Algérie. Cette information relève du jamming. Nous sommes certains que seules deux plages de dates sont possibles pour votre déplacement : fin septembre ou début décembre.
Quelques-unes de nos positions sur ce qui se passe en Algérie. En 2014, nous avons suggéré la dotation de l’Algérie d’un hymne national bilingue. Depuis 2015, Nous étions et sommes toujours radicalement contre la dévaluation du dinar ; nous avons invité des généraux algériens pour demander à la France et en ces termes de nous foutre la paix, nous nous sommes adressé à des leaders islamistes pour qu’ils appellent à la paix, au pardon et à la rédemption ainsi qu’à une prise de position sur un hymne national bilingue. Actuellement, en 2018, nous sommes pour l’envoi d’une mission onusienne dans le Sud de l’Algérie pour une prévention de conflit et de stabilisation.
À ce jour, aucun écho à ces invitations et pourtant il y en a des personnes qui ont fait de la revendication de la culture amazighe et de leurs détentions un business lucratif en France et ailleurs. Certaines célébrités algériennes atteintes d’islamitite résidant en France et que vous avez décorées traitent de certains sujets dans vos journaux et sur les plateaux de télévision sauf de la question de l’hymne national bilingue et de l’amazighité en Algérie. En plus, ces stars ne mentionnent pas que la France a connu un règne absolutiste instauré par la politique d’un religieux qui aimait le luxe et la luxure, le cardinal de Richelieu.
Maintenant, à cause du déni de ces deux attributs fondamentaux de la patrie et des menaces justement de la France, nous risquons de perdre nos frères targuis, notre Sud et assister à la dislocation du pays.
Avant d’aborder les sujets de notre adresse à vous Mr le président et en rappelant que les vies privées et dignités humaines sont sacrées, nous nous permettons d’aborder superficiellement ce qui est du domaine public des nôtres.
Nous avons lu des articles concernant votre vie privée et nous avons vu une de vos photos prise pendant que vous jouiez dans une pièce de théâtre. Nous aimons la poésie, la littérature et le théâtre et nous vous recommandons celui de Kateb Yacine, Abdelatif Bounab ou l’art de Salim Bensedira dans le monologue El Mathoum, l’accusé et nous ne sommes pas sûr si La complainte des mendiants arabes de la Casbah et de la petite Yasmina assassinée par son père, un poème de Smail Ait Djaafar a été adapté au théâtre.
En Algérie, l’une des pièces les plus célèbres, est Thachvaylith ou la jarre. Cette pièce est l’adaptation faite par Mohia, de celle de l’italien Luigi Pirandello ; Mohia est un algérien, mathématicien de formation qui a vécu en France. La Kabylie en est réputée dans cet artisanat et nous connaissons un modèle unique : c’est l’œuvre d’une femme qui a orné le goulot de la jarre qu’il a conçue d’un visage d’ange. Nous, à l’Université de Montréal, nous en avons fait un sujet de l’économie primaire et durable. La Jarre conçue par cette mère du village Ouaguenoune fait de la logique floue, de l’intelligence artificielle à laquelle il faut d’abord une intelligence naturelle et donne des conférences aux USA. Quand elle prépare aghroum, la galette kabyle, ses mains sont un compas. Vous diriez de sa galette, soit qu’elle est un cercle parfait, celui qui a son centre partout, soit un idéal, celui qui n’en a pas du tout. Cette description du cercle n’est pas de nous et nous n’arrivons à retrouver le propriétaire. Notre accomplissement sera atteint quand nous lui laverons les pieds publiquement.
Mr le président, nous avons lu votre livre : Révolution. C’est notre combat pour la France. Pour nous, c’est un livre de marketing électoral qui a vendu la transformation en puissance d’une force, la vôtre, que nous vous reconnaissons. Nous avons signé deux ouvrages qui ont été publiés en France. Le premier : Le livre de la Jarre de la patrie, le second : Nouvelles d’une humanité déchirée avant qu’elle ne change, donc vous avez une opportunité de nous rendre la pareille. Permettez-nous de vous poser la question suivante : êtes-vous un ENTJ ?
Mr le président,
Nous profitons de cette occasion pour réitérer nos supplications aux Algériens, de vivre pleinement leur amazighité, et malgré les drames fascistes qu’ils subissent, de résister dans la dignité, d’agir pacifiquement, de maintenir l’État debout et d’être solidaires avec nos soldats qui sont aux frontières de notre patrie.
La jarre a été l’introduction de la lettre que nous vous en avons envoyée à l’Élysée. Avant de repasser en revue ce que nous pensons de cette relation devenue sadique de la France à l’Algérie, nous vous informons que nous avons envoyé une à votre prédécesseur.
En novembre 2016, sous le titre : Lettre au candidat à la présidentielle française : Mr Emmanuel Macron », le Centre de recherche sur la mondialisation (Ottawa, Canada) a publié notre papier. Sa conclusion est : « vous souhaite victoire, ainsi il sera possible de rappeler ces quelques mots et d’en ajouter d’autres ».
Après l’annonce de votre visite d’amitié et de travail en Algérie ; en novembre 2017, le même centre a publié notre papier titré : « Paris – Alger – Boudjellil et le président de la France ». Notre conclusion est : « Comme aux dominos, le président de la France fera un carnage à Alger ».
En décembre 2017, pour faire acte de contrition sur notre erreur d’analyse, après avoir vu certains reportages et pris connaissance de quelques bribes sur le bilan économique de votre visite, nous avons fait publier un autre papier sous le titre : « À l’impossible, les Algériens sont tenus » dans lequel nous avions écrit : « plus qu’un carnage, une humiliation. »
Mr le président,
Sauf exception, nous détestons revenir littéralement sur les contenus détaillés cités auparavant, nous les aborderons sous d’autres angles.
Dans une négociation bilatérale simultanée, toutes les ententes sont possibles. Nous pouvons trouver un accord sur nos maxima, nos minima, un minimum pour une partie et un maximum pour l’autre et réciproquement. En signant une entente entre un minimum pour une partie et un maximum pour une autre, si la différence entre la valeur du minimum et son coût social est négative, qui paiera cette différence, cette perte en bien-être social collectif ? Le peuple représenté par ses négociateurs. S’agissant d’une négociation entre la France et l’Algérie, qui acceptera le minimum et qui acceptera le maximum ? Nous pouvons arrêter notre présente adresse après cette question mais l’humilité et la patrie nous imposent de continuer.
Droits de l’homme : Même après notre indépendance, la terre de France a recu le sang d’Algériens dont les crimes demeurent impunis. En Algérie, sous l’accusation d’intelligence avec Israël, un Algérien est détenu à Béjaia. Ignorant le détail des chefs d’accusation et des lois appliquées, nos remarques porteront sur deux points : 1) d’après les informations journalistiques, les autorités militaires algériennes n’ont ni déposé plainte ni ont été chargées de son jugement, 2) si le coupable a commis un crime de cette envergure, sa détention serait dans le pire des pénitenciers algériens alors qu’il est présentement dans la prison de sa ville de résidence, Béjaia. Pour notre part, nous pensons que ce choix de lieu obéit à la nécessité de transférer la pression que subissent les Algériens vers la Kabylie. Allez-vous discuter de cette peine lors de votre prochaine visite ou la tairez-vous pour protéger vos IDE qui sont une véritable hémorragie de capitaux algériens ?
Histoire. En Algérie, le 20 Août passé, comme prédite, la commémoration du Congrès de la Soummam a été plate. Les SS de la politique nationale, faute de maitriser l’anglais et de s’intéresser aux écrits académiques anglo-saxons, ignorent l’apport des Américains, des Anglais et d’autres. Quelques jours avant, c’était le 5 Juillet, la fête de l’indépendance nationale qui a été tristement rappelée. En France, c’est le 14 Juillet et son immense défilé. Si le 5 Juillet est une fête unique, celle du 14 Juillet est indéfinie, elle renvoie à deux événements et non un seul, la prise de la Bastille de 1789 et la fête de l’union de la Nation de 1790. Les Algériens doivent savoir que la république française est née d’un génocide, celui ordonné par Robespierre. Pour ce 20 Août, l’une de nos déceptions en Algérie, c’est de ne pas avoir entendu cette immense prouesse révolutionnaire : malgré tous les crimes et problèmes, malgré toutes les crises, l’Algérie a arraché son indépendance cinq après le Congrès de la Soummam.
Notre hymne national canadien a été amendé récemment. En suggérant la dotation de l’Algérie d’un hymne national bilingue et après que la France ait gagné 2 coupes du monde pour lesquelles nous vous tirons chapeau, un débat sur l’amendement du votre pour intégrer la reconnaissance à tous les Français d’extraction étrangère y compris dans d’autres domaines qui font votre réputation serait intéressant.
Mr le président. L’indépendance de l’Algérie et de vos anciennes colonies africaines souffre de l’absence d’un procès type Nuremberg.
Des Français ont aidé l’Algérie à se libérer, des Algériens ont aidé la France à durer en Algérie. La France serait bien avisée de reconsidérer ses jugements sur Maurice Audin et d’autres et l’Algérie s’inspirera avec sa culture, sa sagesse et de la négociation. Derrière, cette agitation qui concerne les Algériens qui vous ont servi, il y a ce nouveau droit humain, celui de la lutte contre le crime en dépossession (Dispossessing crime) qui doit être posé tant en Algérie qu’en France que vous dirigez.
Relations politiques internationales
L’Algérie a l’embarras du choix dans sa construction de nouvelles relations. Après avoir neutralisé la règle des 9/15 du Conseil de Sécurité de l’ONU, des coalitions internationales belliqueuses ouvertes au secteur privé des sociétés de mercenaires se font et défont.
Sans nous exprimer sur les positions des pays du Sahel, la présence de l’armée française au Mali est un immense danger pour l’Algérie. Nous avons fait savoir à qui de droit que la présence aux cotés des vôtres des forces armées royales canadiennes sera extrêmement nuisible à la réputation du Canada dans la région et à ses parts de marchés.
Nous avons appris que la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU a été relancée. Le premier à s’opposer à cette réforme sera la France pour contrer l’Allemagne et l’Italie avec qui vous prétendez entretenir de bonnes relations économiques alors qu’elles sont tendues avec le Royaume Uni qui vous a sauvé du fascisme. C’est le Royaume Uni qui a détruit vos forces navales à Gibraltar et c’est grâce au Royaume Uni et USA que le débarquement de 1942 à Oran a été possible, lequel débarquement a été utile au lancement de la révolution algérienne.
Relations économiques internationales
Le partage de l’Algérie en deux est clair. Les IDE dans le Sud sont réputés dirigés par des intérêts pro-américains, ceux du Nord par les vôtres. Aussi, nous sommes certains que la France est endettée vis-à-vis de l’Algérie. Nous espérons qu’il n’y aura pas un remak du coup de la Régence d’Alger.
En plus pragmatique :
L’élection présidentielle en Algérie est pour 2019. La concurrence entre la France et les USA essentiellement pour le contrôle politique de l’Algérie est âpre. Pour obtenir les parrainages nécessaires, des « candidats » algériens s’interdisent de s’attaquer à votre pays, aux USA, au FMI et à la Banque mondiale. Ils s’interdisent aussi de faire passer les intérêts de la patrie avant les vôtres.
Mr le président,
Nous vous avons épargné tous ces détails que nous avons traités dans nos ouvrages, conférences et papiers.
Si les Algériens nous concèdent le droit de les représenter, nous allons surévaluer le dinar, doter l’Algérie d’un hymne national bilingue, rendre la santé et l’éducation gratuites, démilitariser nos territoires avec le Maroc et la Tunisie, supprimer l’enseignement en Algérie de tamazight dans le primaire et combattre le franc CFA. Pour cela, il faut que nous recevions un ordre plein d’amour pour construire la paix, une coopération saine avec la France et tous les autres pays du monde qui le souhaitent et c’est le prix de la perte en bien-être social collectif de tous dont nous avons parlé.
Recevez nos salutations distinguées.
Chérif Aissat