Accueil / Actualités / Rabah Moulla (Québec Solidaire): Une chance pour une intégration effective

Rabah Moulla (Québec Solidaire): Une chance pour une intégration effective

Rabah Moulla est natif du village Sidi-Yahia relevant de la commune de Chemini dans la wilaya de Bejaia (Algérie). Ingénieur de formation, il est enseignant en informatique. Installé au Québec (Canada) depuis 2006, Rabah Moulla est candidat pour le parti de gauche Québécois Solidaire, dans la circonscription Chomedey, aux prochaines élections qui se dérouleront le 01 Octobre 2018. Dans cet entretien, il nous parle des chances et du projet de Québec Solidaire, des raisons qui l’ont amené à poser sa candidature et de l’alternative proposée aux communautés issues de l’immigration, au Québec.

BejaiaNews: Peut-on connaître les motivations de votre participation à ces joutes électorales ?

Rabah Moulla: Même si c’est la première fois que je me présente comme candidat, j’ai toujours considéré les élections comme une tribune pour diffuser un discours et un moyen parmi d’autres pour faire avancer des idées dans une société qui garantit la liberté d’expression.
Au Québec, il y a un déficit en matière de représentation politique des populations issues de l’immigration et notamment de ce que l’on appelle ici, les minorités visibles. Tandis qu’elles comptent pour environ 13% de la population québécoise, leur niveau de représentation dans les effectifs des organismes publics et parapublics est à peine de 9%. Quid de leur présence insignifiante dans le domaine des arts, du cinéma et des médias. Il y a urgence à corriger la situation. Au niveau politique, ça implique qu’il y ait plus de personnes issues de ces minorités qui se portent candidates et notamment dans les circonscriptions gagnables. D’un autre côté, l’électorat issus des minorités a toujours voté massivement pour le parti libéral bien que ce parti ait toujours d’abord servi les intérêts des mieux nantis de la société et qu’il n’ait pas montré l’exemple en laissant plus de place à l’expression de la diversité au niveau de sa propre représentation parlementaire ou lors des recrutements que le gouvernement libéral fait.
À Chomedey, la plus grosse circonscription de la ville de Laval, située sur la rive nord de l’île de Montréal, les personnes issues de l’immigration représentent environ la moitié de la population totale et c’est un des châteaux forts du parti libéral. Beaucoup de ces personnes vivent dans des conditions de pauvreté et de précarité. J’avais donc envie d’aller vers les électeurs et électrices. D’abord pour écouter, ensuite contribuer à déconstruire le mythe qui fait des libéraux le parti des minorités et enfin faire connaitre le projet de Québec Solidaire.

BejaiaNews: Vous proposez un programme axé essentiellement sur l’intégration des immigrants et sur la justice sociale espérez-vous rivaliser avec les candidatures soutenues par des grands lobbys de droite ?

Rabah Moulla: Lors de nos porte-à-porte quotidiens, nous présentons aux électrices et électeurs les propositions de Québec Solidaire qui visent l’amélioration des conditions de vie de la majorité de la population, la réduction des inégalités sociales et la lutte aux discriminations dont peuvent être victimes les personnes issues de l’immigration. Ces propositions sont bien reçues par la majorité des gens que nous rencontrons. Certaines, comme la mise en place d’une assurance dentaire, la gratuité scolaire ou encore l’institution d’un salaire minimum à 15$/h sont très populaires au Québec. Pour les minorités visibles, nous proposons de réserver un emploi sur 4 des recrutements faits par les organismes publics et parapublics aux personnes issus de cette frange de la population et ce jusqu’à ce que le déficit de leur représentation soit comblé. Les idées de Québec solidaire avancent dans la société. Peut-être qu’on ne formera pas un gouvernement cette année, peut être que nous ne gagnerons pas à Chomedey mais notre parti est de plus en plus respecté en dépit du travail de sape fait par ces grands lobbys de droite, notamment dans les médias qui font tout pour présenter notre programme comme irréaliste alors qu’il n’y a pas plus concret que les propositions de Québec Solidaire.

BejaiaNews :Québec Solidaire progresse dans les intentions de vote au Québec. Cette progression pourra-t-elle se traduire dans l’urne ?

Rabah Moulla: Oui, nous l’espérons. Il y a plusieurs circonscriptions sur l’ile de Montréal, où Québec Solidaire est donné gagnant par les différents sondages. Il y en a d’autres à l’extérieur comme la circonscription de Taschereau, dans la ville de Québec, où nous avons aussi de réelles chances. Ce serait historique si on parvenait à gagner dans cette ville Québec. Cela démontrerait que nous ne sommes pas seulement un parti montréalais. On verra au soir du premier octobre mais nos objectifs sont de faire progresser partout au Québec les idées solidaires de justice sociale, de solidarité, de lutte aux changements climatiques et d’inclusion. D’ici là, nous allons à la rencontre des citoyens pour leur parler de nos propositions et leur proposer de marquer une rupture historique avec la vielle classe politique obsédée par le déficit zéro et l’augmentation des profits des patrons. Nous proposons de changer de paradigme, nous voulons une économie orientée vers la satisfaction des besoins de la population et le bien commun.

BejaiaNews :Un mot aux électeurs et électrices ?

Rabah Moulla: Je lance un appel aux électrices et aux électeurs de la circonscription de Chomedey pour prendre connaissance des plateformes électorales des différents partis en lice. Je suis convaincu qu’une majorité d’électeurs trouvera mieux son compte dans celle de Québec Solidaire. Notre souci, c’est le bien commun. Nous défendons les intérêts des travailleuses et travailleurs, des classes moyennes et pauvres. Nous aspirons à une société plus juste, solidaire, ouverte et inclusive, une société qui ne laisse personne sur le carreau. Dans l’ensemble des 125 circonscriptions du Québec, nous avons des candidates et des candidats motivés qui portent ce projet. Aux électrices et électeurs de faire leur choix démocratique le 1er octobre.

Entretien  réalisé  par  Abdelouhab  Moualek