Accueil / Actualités / REDA BOUDRAA ecrtit à Issad Mebrouk: Dommage pour vous, l’Histoire sera implacable

REDA BOUDRAA ecrtit à Issad Mebrouk: Dommage pour vous, l’Histoire sera implacable

M Issaad Mabrouk, président du syndicat national des magistrats

Monsieur, dans d’autres circonstances j’aurais usé de la formule « Votre Honneur ».

Monsieur, le mois de mars passé, vous même accompagné de vos collègues vous êtes sortis à côté de la cour de justice de Bejaia où vous aviez lu un communiqué de soutien à la révolution pacifique du peuple et où vous aviez mis en exergue le rejet de votre corporation des élections présidentielles.
J’étais présent ainsi que beaucoup de mes concitoyens, nous étions émus et étions certains que vous aussi étiez l’émanation de notre peuple.

Premier couac: des jeunes portant le drapeau Amaziɣ (dimension nationale reconnue par la constitution qui est sensée être votre référent.) croupissent en prison, jugés par vos pairs sur instruction martiale.
Un ancien vrai Moudjahid, ayant dit tout haut ce que le peuple pense tout bas est emprisonné pour crime de lésé majesté, car ses dires avaient déplu au maître tonitruant du moment.

Monsieur, vous qui aviez fais le serment de ne pas juger les jeunes du « Hirak », faisiez une première entorse à votre engagement solennel.

Monsieur, vous êtes entrer en grève suite à la décision unilatérale de votre tutelle de faire des mutations, nous étions dans l’expectative, votre grève paraissait corporatiste, vous vous étiez vite rattrapé en exigeant l’indépendance de la justice, l’espoir était permis à nouveau, malgré votre première entorse, le peuple a décidé de vous soutenir, vous n’avez qu’à voir l’élan de sympathie engendré après l’intervention musclée des gendarmes dans la cour de justice d’Oran.

Second couac: un communiqué de votre syndicat suit et demande aux magistrats d’assurer le déroulement de l’opération de vote de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, élection rejetée par la quasi majorité du peuple algérien. (Monsieur, vous avez presque réussi à me faire avoir de la sympathie pour les forces anti émeutes de la gendarmerie).

N’empêche que nous avions décidé de vous octroyer le bénéfice du doute, car au demeurant, si l’indépendance de la justice est vraiment de mise sur le terrain, cela résoudrait tout nos problème et cette crise connaîtra enfin son épilogue en faveur du peuple car un état de droit digne de ce nom, sera enfin de rigueur dans notre pays.

Troisième couac: suite à une augmentation de salaire avec effet rétroactif à partir du mois de janvier 2019, vous acceptez de geler votre grève et d’envoyer aux orties les aspirations de tout un peuple. « l’indépendance de la justice c’est bien, une augmentation de salaire c’est mieux. »

Monsieur, vous avez réussi et confirmer la défiance et la méfiance de tout le peuple envers la justice. Il fallait le faire et vous l’avez fait.

Dommage pour vous, l’Histoire sera implacable.

Réda Boudraâ (Élu RCD APW Bejaia)