Accueil / Actualités / Sadek Akrour à Akfadou : Pour une Union des Républiques Socialistes d’Afrique du Nord

Sadek Akrour à Akfadou : Pour une Union des Républiques Socialistes d’Afrique du Nord

Dans la dynamique du cycle de conférences qu’a lancé le Café Littéraire d’Akfadou, c’est Sadek Akrour qui fut son invité ce samedi 27 avril. Fidèle à ses positions de gauche, l’actuel maire de la commune de Barbacha imposa un silence de cathédrale lors de son exposé devant la foule venue l’écouter dans la salle de la maison de jeunes d’Akfadou.

Connu pour ses positions constantes et tranchées depuis les années 80, l’héritier de la pensée matérialiste, socle conceptuel essentiel dans l’analyse politique se revendiquant de gauche, n’a pas eu de mal à présenter une analyse faisant consensus parmi une foule hétéroclite politiquement.

La force de Sadek Akrour fut sa vulgarisation du socialiste scientifique dans une langue accessible par tous. Pour expliquer ce qu’est un « système » et une « révolution », il est remonté presque aux origines de l’humanité pour en expliquer les mécanismes de sa gestion ses rapports à la nature et à ses semblables, il en conclut que ces relations formait un « système social », le communisme primitif en l’occurrence. L’évolution de l’humanité le conduisit, par la force, à la domination d’autrui, et par la suite par l’accumulation de richesses (domination capitaliste).

La révolution actuelle pour l’ancien militant du MCB, est le résultat de toutes les luttes sociales depuis l’indépendance de l’Algérie, et que le pouvoir à su étouffer par l’enfermement et la division du peuple.

Le journalisme citoyen à travers les réseaux sociaux à pu mettre à nu les pratiques dictatoriales de ce régime, cela même qui fait échouer toutes leurs tentatives de division de la base citoyenne. Ils ont voulu diviser en essayant d’écarter la femme, ensuite les cultures sans y arriver, pour paraphraser Akrour.

Le révolutionnaire de gauche parvient à la conclusion que « les luttes identitaires et culturelles sont aussi des luttes de classe. Classe dominante contre classe dominée ». Il en arrive alors à une proposition d’un modèle de structuration envisageant toutes les particularités en cohabitation en Algérie ; le militant du PST propose une « Union des Républiques Socialistes d’Afrique du Nord. ». Cette union, précise-t-il, sera fédérale aux assises socialistes dont l’objectif, en plus du respect des particularités régionales, est d’unir les peuples autour de valeurs sociales, humaines et d’entraide.

En amont, les citoyens doivent s’organiser en comités dans les lieux de travail, dans les villages et quartiers, en mettant l’accent sur la nécessité d’inclure toutes les composantes : travailleurs, chômeurs, retraités, jeunes et surtout les femmes, et ce pour aller vers une assemblée constituante souveraine.

La révolte dans l’œil d’étrangers
Trois militants de gauche venus de France ont assisté à la conférence du Dr Akrour. Nous avons pu les interroger sur le regard qu’ils portent sur le mouvement qui secoue l’Algérie depuis plus de dix semaines maintenant. Is nous ont confié avoir été très surpris du degré de conscience politique qu’ils observé durant les marches. Ils ont aussi signalé que ce sont les intérêts capitalistes, y compris ceux défendus par la France, qui ont conduit à la révolte.

HANNAT Hanafi/ BéjaiaNews