Accueil / Actualités / Sidi-aich : Les At Weghlis réclament la peine capitale à l’encontre des ravisseurs des enfants
pppeine

Sidi-aich : Les At Weghlis réclament la peine capitale à l’encontre des ravisseurs des enfants

Une marche historique a eu lieu aujourd’hui à Sidi-Aich, wilaya de Bejaia, où les Ait waghlis ont pris la décision de condamner la violence, le viol, l’agression faits aux enfants en général et à la petite Lina Salamani, en particulier.

La découverte de la dépouille de cette dernière, âgée de 9 ans , le 18 décembre dernier, emballée dans un sachet dans une maison désertée près de son domicile familial à Ait Daoud , Elflaye, Bejaia, a jeté la population dans l’effroi, les a poussé à agir afin de dire non à la violence, non à l’exploitation et non aux crimes à l’encontre des innocents subissant la haine et l’instabilité mentale de leurs aînés. Le ravisseur de la petite Lina n’est autre que son voisin de 21 ans, un récidiviste dont la maman est complice d’après l’oncle de la défunte dans son témoignage pour Dzair TV, la haine des grands que paient les petits ! C’était la jalousie de la femme de son oncle paternel qui a ôté la vie du petit Nasserdine de Oum El Bouaghi âgé seulement de cinq petites années et c’était la violence des Hommes qui a éteint l’innocence chez la petite Nihal Si Mohand d’Ait Wassif après quatre fraîches années de vie ! Le petit Anès, yacine, Haroune et la liste reste longue.

Le crime abject prend des proportions dangereuses poussant la société civile à se manifester par plusieurs moyens et ainsi tirer la sonnette d’alarme, chaque découverte macabre plonge les familles et toute la société dans une psychose et dans un sentiment d’insécurité permanent, en effet, dans le but de lutter contre ces phénomènes attentatoires aux enfants dont l’assassinat, l’agression, le kidnapping, le viol, une situation qui exige l’implication de tout un chacun ayant le sens aigu du civisme pour un retour de nos valeurs. L’accent doit être mis sur la vigilance des parents et le renforcement de la sécurité des enfants mais malheureusement les dispositions en ce sens restent faibles en Algérie selon les parents qui jugent que la violence est banalisée dans notre pays, c’est même devenu un jeu. Quant aux sociologues, ils renvoient les causes de ce phénomène à la décennie noire, selon Nacera MERRAH, qui juge que la sensibilisation des citoyens afin de dissuader les criminels potentiels relève de l’une des solutions afin d’apporter des remèdes à ce fléau qui frappe la frange la plus vulnérable de la société. On note aussi l’insuffisance de traitement judiciaire, selon les experts pour endiguer ce fléau tel la formation d’un personnel de sécurité spécialisé, l’encouragement de l’action associative pour la sensibilisation de la société. Une controverse a été déclenchée quant au renforcement des peines pénales à l’encontre des ravisseurs et agresseurs des enfants, la société invite la justice à promulguer la peine de mort, un sujet sensible que les autorités tentent d’éviter mais qu’il est nécessaire d’aborder dans cette conjoncture, les tenants de la peine de mort estiment que l’auteur devra rejoindre la victime, la seule manière d’arrêter ces actes ignobles et que les situations atténuantes encouragent la récidive et ils exhortent de ce fait,  au rétablissement de la peine capitale, suspendue depuis 1993. Cependant, parmi les opposants, on cite à titre d’exemple  maître Miloud Brahimi, qui relève ce qu’il qualifie «d’incohérences » contenues dans le code pénal, a fait savoir que ce châtiment inutile ne règle pas dans le fond le problème.

Les autorités algériennes doivent souscrire à la démarche mondiale qui consiste à bannir définitivement la peine capitale en procédant à la révision de la loi. Le débat reste vif entre les partisans et les détracteurs de l’abrogation de cette loi, et quelle que soit la décision qui sera prise, on continue à se demander quel est cet être au cœur et au cerveau humain qui peut s’en prendre à un bourgeon ? D’où a-t-il puisé ce courage afin de pouvoir éteindre un ange immaculé qui commence juste à croquer la vie avec ses dents de lait ?

Wahiba Arbouche Messaci/BéjaiaNews