Accueil / Actualités / Son état de santé se dégrade : Rachid Nekkaz en danger !

Son état de santé se dégrade : Rachid Nekkaz en danger !

L’état de santé de Rachid Nekkaz, opposant politique et homme d’affaires, détenu dans la prison de Koléa depuis le 4 décembre 2019, ne cesse de se dégrader, faisant craindre le pire.

Dans un message partagé sur les réseaux sociaux, le Mouvement pour la jeunesse et le changement (MJC) a lancé l’alerte sur l’état de santé de Rachid Nekkaz, jugé en « danger ».

Des photos de Rachid Nekkaz ont été partagé par le MJC, le montrant avec une béquille, un pansement sur le ventre et très affaibli physiquement, dans ce qui semblerait être une infirmerie peut-être.

 « Rachid Nekkaz a demandé le bilan de santé il y a 3 semaines mais l’administration pénitentiaire refuse de lui donner !?  »

« Rachid Nekkaz a perdu 14 kg en 4 mois » et aurait subi un examen médical, mais l’administration refuse de lui remettre son bilan de santé.

 « Rachid Nekkaz a demandé (son) bilan de santé il y a 3 semaines mais l’administration pénitentiaire refuse de lui donner », rapporte la même source qui indique qu’il aurait chargé son « avocat de porter plainte contre l’administration pénitentiaire, malheureusement maître Chohra a refusé de le faire ! »

Le refus de l’avocat Me Chohra de suivre la demande de son mandant, Rachid Nekkaz en l’occurrence, a fait réagir l’entourage politique de ce dernier et les observateurs qui s’interroge sur les réelles motivations de « ce refus » : des pressions sont-elles exercées sur l’avocat pour lâcher son « client » ? Rachid Nekkaz serait-il en danger avec son état de santé qui se dégrade et le refus des autorités sanitaires de la prison de Koléa de lui communiquer son bilan ?

Les avocats et les militants des droits de l’homme devraient s’intéresser et en urgence au cas de Rachid Nekkaz qui risque de rejoindre la liste des « morts en détention » à l’instar de Mohamed Tamalt et Kamel Eddine Fekhar.

Pour rappel, Rachid Nekkaz avait été arrêté et mis en prison alors qu’il avait rendez-vous avec son avocat, le 4 décembre dernier, pour aller déposer une « plainte collective », au tribunal du Ruisseau à Alger, contre Ahmed Gaïd Salah en sa qualité de vice-ministre de la Défense et membre du gouvernement et non en tant que militaire et chef d’état-major de l’ANP !

Amélia Guatri Dzvid.com. com