Accueil / Actualités / Tazmalt s’inscrit dans la mobilisation citoyenne

Tazmalt s’inscrit dans la mobilisation citoyenne

Organisé autour d’un groupe de personne issues de la société civile, le groupe de réflexion et d’action de la localité de TAZMALT dénommé sous les initiales (GRAT) est né.

Ayant pour objectifs de redynamiser et d’organiser des actions politiques portant, bien sûr sur la mobilisation nationale citoyenne du 22 février, toute en projetant un cycle de conférences et débats de proximité, jugés utiles par leur soins afin d’y apporter contribution, et créer des débats autour des thèmes inhérents au mouvement et à la mobilisation.

C’est à travers une approche sereine, instructive, idéale et pragmatique loin de tout discours démagogique et populiste que l’ensemble des animateurs du GRAT puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait initié une première rencontre suivie d’un débat animé par Brahimi Ali ; acteur politique, militant démocrate et ancien détenu du printemps berbère.

Abrité à la maison de jeunes, cet évènement avait drainé une assistance appréciable ; défiant la canicule, était venue assister à l’approche développée par le conférencier sous le thème :« mobilisation et perspectives ».Structurant son intervention à la nécessité de la continuité de la mobilisation, sans pour autant ignorer d’autres actions porteuses des idées nouvelles et rassembleuses afin d’ insuffler la dynamique au sein du mouvement et ce , pas uniquement dans quelques régions mais à travers le territoire national, ceci tout en restant vigilants et ne pas tendre l’oreille aux provocations qui sont, d’ailleurs multiples confectionnées dans les arcanes des laboratoires du pouvoir pour tenter la division, la désintégration et l’atomisation du mouvement par des techniques sournoises. En citant des exemples criardes que compte le livre de grimoire emplit des manipulations ; tel que l’injection puis la distillation des discours racistes tenus par des nervis du système et leurs sbires, aussi l’usage de la médiacratie qui, écartant par l’usage de l’évitement, les politiques, les observateurs avertis de la scène politique des plateaux de la télévisions dites entre guillemets privées.Poursuivant, le conférencier avait insisté sur l’apport des acteurs politiques qui développent des discours cohérents et conséquents, certes qui n’arrangent pas les scenarii des tenants du pouvoir en place. En conclusion de son intervention l’animateur avait égrené des propositions inspirées du « manifeste pour une Algérie démocratique » document élaboré par un groupe d’acteurs politiques nationaux dont lui-même fait partie, avaient élaboré une réflexion et des perspectives allant dans le sens d’une Algérie nouvelle moderne et démocratique, tout en ne lésinant guère du côté de l’organisation et la structuration des espaces publics à travers toutes les régions, autour des postulats démocratiques inspirés de la charte universelle des droits de l’homme qui, selon ses propos sont irrécusables et indiscutables, ainsi que la primauté du politique sur le militaire et subséquemment l’instauration d’un Etat civil.

Un débat fut riche, divers questions foisonnaient du public ont trouvé l’écoute et l’attention de l’animateur.

Arab .H/ BéjaiaNews