31 août 2018

BejaiaNews

Toute l'actualité de Béjaia et de ses environs

Tizi-ouzou:La semaine culturelle célébrant le centenaire de la naissance de Slimane Azem

3 min read

C’est à partir de son village natal, Agouni Gueghrane, que le coup d’envoi de la semaine culturelle, célébrant le centenaire de la naissance  du pilier de la chanson kabyle, Slimane Azem, ce mardi 28 août, qu’il a été donné.

Multiples et diverses sont les activités qui sont programmées pour la célébration de cet événement de renom qui s’étalera sur cinq jours, telle la multitude d’invités qui  sont venus honorer cette cérémonie et en prendre part, afin de marquer l’occasion en évoquant Dda Slimane et son illustre œuvre.

L’ouverture était assurée par une prise de parole par le P APC de Agouni Gueghrane , le P APW intérimaire, de Tizi-ouzou puis par le sénateur indépendant Mr Ben Belkacem et beaucoup d’autres intervenants, chacun essaie, à sa façon, de sacraliser ce devoir de mémoire et l’hommage rendu à ce grand homme, porte parole des générations, en le qualifiant d’un artiste de dimensions internationales, tout en jugeant que cette commémoration est une façon de réhabiliter  cet icône de la chanson engagée parmi les siens.

La cérémonie est suivie par le dépôt d’une gerbe de fleurs devant sa maison natale, en ruine actuellement , une exposition au sein de  l’école primaire de la localité, de ses photos et des articles de presse sur sa biographie ainsi que sur son parcours artistique et ses apports pour chaque génération.

Le programme continuera avec des galas artistiques, des conférences par des chercheurs en plusieurs domaines de sciences humaines .

Pour rappel, Slimane Azem (1918-1983), un chanteur, musicien, auteur-compositeur-interprète, poète et fabuliste, kabyle, déporté pour la simple raison car il était le seul à chanter l’injustice, la discrimination et l’intolérance, il avait chanté tous les sujets qui touchaient l’Algérien en général et en particulier le  kabyle de son époque et celui des époques qui l’ont suivi et jusqu’à même prévoir le sort actuel, que nous vivons à présent, prévoir même les conditions actuelles du pays !

De toutes ses forces il avait su exprimer les sentiments de chaque  émigré vivant loin des siens, le manque, la misère, la solitude, la nostalgie du pays, l’injustice subie et tous les tracas qui faisaient de leurs journées le  calvaire

Il est décédé, à Moissac, en France, sans pouvoir  revoir son beau pays et loin duquel il a vieilli, tel qu’il chantait, en laissant derrière lui  un riche répertoire servant d’école d’orientations pour des générations , des chansons aux belles  paroles, aux prodigieux conseils au service de l’éducation et de l’éveil des esprits endormis et des âmes aveuglées  par l’injustice de notre temps.

A noter que la célébration de son centenaire continuera dans son déroulement dans plusieurs localités du pays jusqu’au 28 janvier la date funeste, de sa disparition.

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews 

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.