Accueil / Actualités / Vers la paralysie de tout le secteur de l’éducation à l’échelle national

Vers la paralysie de tout le secteur de l’éducation à l’échelle national

L’intersyndicale, regroupant le Satef, le Snapest, le Snte, le Cela et l’Unpef s’apprête à paralyser le secteur de l’éducation en appelant à une grève nationale pour le Lundi 21 Janvier 2018 qui sera suivie le lendemain de rassemblements devant les sièges de toutes les directions de l’éducation des wilayas.

Dans son communiqué rendu public en date du 8 Janvier 2019,l ‘intersyndicale avance ses revendications qui sont d’ordre socio-professionnel,demandant le maintien du travail à travers la commission mixte », « le maintien de la retraite proportionnelle et de la retraite sans condition d’âge » ainsi que « l’abrogation définitive de l’article 87 bis (de la loi de finances de 2015) et la création d’une prime spécifique aux corps communs et ouvriers qualifiés ».

D’autres revendications ont été également exprimées par l’intersyndicale , réclamant « l’application immédiate du décret présidentiel 266/14 ». Ce décret devait permettre le classement des enseignants détenteurs de licences ou de DEUA dans la catégorie 12 de la grille indiciaire des salaires au lieu de la 11 actuellement, mais il n’a pas été appliqué alors qu’il date de septembre 2014. Ainsi que « L’amélioration de la prime de zone sur la base du nouveau salaire de base et non celui de 1989 », la mise en place de « mécanismes qui restaurent l’équilibre et le pouvoir d’achat » .

L’idée introduite par Madame la ministre Nouria Benghabrit d’assurer des cours de rattrapage et de soutien aux élèves pendant les week-ends a été catégoriquement rejetée par l’intersyndicale qui demande le respect de repos hebdomadaire des enseignants) »

Sur le plan pédagogique,  l ‘intersyndicale interpelle la tutelle à procéder à la révision des programmes et méthodes d’enseignement pour les adapter au niveau des élèves, notamment dans l’école primaire », « la diminution du volume horaire à tous les paliers avec la prise en compte de la quantité de travail et des objectifs », ainsi que la « protection de l’autorité pédagogique

La « levée des entraves aux libertés syndicales » en ce qui concerne l’organisation de conférences, la mise en disponibilité des représentants syndicaux lorsqu’ils accomplissent leurs missions syndicales et le droit pour les syndicalistes d’accéder à tous les établissements scolaires à été fortement évoquée dans le communiqué rendu public.

Abdelwahab Moualek /BéjaiaNews