Accueil / Actualités / Vgayet, changer le maire ne résoudra pas la crise de la mairie

Vgayet, changer le maire ne résoudra pas la crise de la mairie

Vgayet, changer le maire ne résoudra pas la crise de la mairie.

En lisant la déclaration, on retiendra que les élus signataires ne demandent pas au wali l’application de l’article 43, ni souhaitent son intervention dans le conflit les opposant au maire. Ils font acte de l’informer, un acte qui semble en soi s’écarter de l’esprit dégagiste du Hirak. On doit s’abstenir formellement d’informer l’autorité de l’Etat à l’heure actuelle du Hirak. Nous sommes en situation de rupture politique et nous devons l’assumer. Revenons au sujet, donc, les élus ont juste informé de leur décision de bouder la séance du 31 décembre. Bref.

Où est, à mon sens, l’erreur de ces élus ? Accepter de rencontrer le wali pour suspendre le maire est une violation de l’esprit du combat du Hirak. Si ces élus sont réellement soudés au mouvement populaire, ils n’avaient pas à offrir au wali, cible du « Système dégage » et « Yetnahaw Gaa », l’occasion de redorer le blason de cet Etat. Par leur acte, ils viennent de repositionner l’Etat actuel comme une entité crédible et parfaitement « légitime » pour intervenir dans la société, chose que lui refuse catégoriquement le Hirak.

Les élus devaient se convaincre de garder leur conflit avec le maire dans leur agora politique sans aucune intervention d’un quelconque représentant de l’Etat. Et cela même si le conflit devait durer le temps de tout leur mandat.

De toute manière, ce n’est pas à l’intérieur d’un tel Etat, d’un tel système que le développement de la ville de Vgayet ou d’un village ou de tout le pays se produira. Ce développement, il faut l’espérer dans l’autre… Si le développement était possible dans le cadre de cet Etat et de son système, on n’en serait pas là.

Aussi, la procédure populiste du wali ne résoudra absolument rien. La crise de la mairie se recomposera sous d’autres facettes et le développement ne sera pas au rendez-vous. Car la crise de la mairie n’est pas dans messieurs Merzougui ou Tafoukt, mais dans les rouages du système lui-même que le Hirak dénonce depuis une année.

Mourad Bouaiche