Accueil / Actualités / Affaire du lynchage d’Akbou : Les précisions de la sûreté de wilaya de Béjaïa

Affaire du lynchage d’Akbou : Les précisions de la sûreté de wilaya de Béjaïa

Contrairement aux amplifications et rumeurs colportées ici et là, sur les réseaux sociaux notamment, le voleur lynché par une foule de commerçants au marché hebdomadaire d’Akbou, lundi matin, n’a dû son salut qu’aux éléments de la sûreté urbaine d’Akbou, à qui j’ai moi-même ordonné d’intervenir immédiatement après avoir eu vent de l’information, et à quelques citoyens sages présents sur place, qui ont su calmer les esprits et permis à la Protection civile de transférer le voleur à l’hôpital où il a reçu les soins nécessaires et a été relâché une fois que son état s’est stabilisé», a déclaré, hier, le chef de sûreté de wilaya de Béjaïa, le commissaire divisionnaire Abdellah Bennacer, lors d’un point de presse, à l’adresse de ceux qui reprochaient à la police de ne pas être intervenue à temps pour extirper le voleur des mains de la foule.

«Le voleur dit lui-même que c’est la police qui l’a sauvé d’une mort certaine», renchérit le commissaire, ajoutant qu’en plus d’avoir été passé à tabac et pendu par les pieds à un mur, le présumé voleur a été aspergé de mazout.

Ceci dit, même si l’individu, M. S., 43 ans, originaire d’El Kseur et ayant des antécédents judiciaires, est accusé de vol à l’arme blanche, aucune plainte n’a été déposée dans ce sens, a précisé le chef de la sûreté de wilaya, avant d’ajouter que plusieurs personnes impliquées dans le lynchage ont été identifiées grâce à des vidéos de la police.

Parmi elles, des commerçants principalement, beaucoup, précise le commissaire Bennacer, sont originaires d’autres wilayas. Ces personnes seront poursuivies pour les chefs d’accusation de «tentative d’homicide» et «tentative d’immolation», a-t-il affirmé.

En attendant que l’enquête qui est toujours en cours fasse toute la lumière sur cette affaire, il est utile de signaler que dans les cas connus d’interception de voleurs dans certains marchés de Béjaïa par la population, jamais le pas n’a été franchi jusqu’à la tentative d’homicide ou d’immolation.

Mohand Hamed-Khodja / El watan