Accueil / Actualités / Yamina Allili, l’avocate des détenus d’opinion s’est confiée à Béjaïa News

Yamina Allili, l’avocate des détenus d’opinion s’est confiée à Béjaïa News

Maître Alili Yamina épouse Atmane, avocate du barreau de Tizi Ouzou, membre du collectif des avocats des détenus d’opinion et militante politique, s’est confiée à nous lors de notre rencontre hier, mercredi 9 octobre.

En parlant de sa noble mission quant à la défense des détenus d’opinion, elle nous a avoué

« J’ai commencé à défendre ces détenus depuis les premières arrestations qui datent du 21 juin 2019.

Notre travail est basé sur le suivi des dossiers devant la justice, la visite des détenus et l’accompagnement de leurs familles lors des visites qui sont programmées, une fois chaque 15 jour »

« Même si  nous savons bien que ces dossiers sont politiques et que leur incarcération n’est que arbitraire, nous devons, tout de même, les accompagner jusqu’à ce que  leur libération se réalise …

A ce jour nous avons 75 détenus et 13 autres qui sont placés sous contrôle judiciaire ».    A-t-elle précisé

« Aujourd’hui j’ai rendu visite aux détenus comme j’ai fait durant toutes les semaines dernières, pour surtout vérifier si la grève de la faim est réellement entamée , j’ai effectivement trouvé que  5 détenus s y sont engagés et ce depuis le 04 octobre à ce jour et pour les autres, ils attendent la décision du tribunal de sidi M’hamed concernant le sort qui leur sera attribué d’ici le 23 octobre ».

En ce qui est du collectif qui s’est constitué pour la défense de Samir Laribi, Bouregaa, Tabou, Boumela et d’autres détenus, l’avocate a précisé que

Le collectif d’avocat pour défendre ces derniers reste le même que celui qui s’occupe des détenus d’opinion. Et elle ajoute dans le même sillage

 « moi par exemple je m’occupe beaucoup plus de l’affaire de ces détenus d’opinion puisque le nombre est très élevé, et puis il augmente après chaque marche. Il y a  même des audiences qui se déroulent dans d’autres wilaya, pour le rappel, le 15 octobre il y aura aussi une audience à M’sila toujours pour le même motif qui consiste en port de drapeau Amazigh « .

Quant au lancement de l’appel pour le boycott des juridictions pénales par le barreau de Tizi Ouzou, notre juriste a confirmé

 » le barreau de Tizi-ouzou a, effectivement, lancé un appel pour une réunion nationale du collectif afin de prendre des décisions, et le boycott reste une proposition »

Au sujet de l’information sur la grève de la faim qui a été donnée, par le comité national pour la libération des détenus, et qui a connu une faible adhésion, notre avocate a expliqué que c’était par manque de concertation entre les détenus, vu leur nombre important ,  donc la décision de faire la grève de la faim n’était que individuelle

Concernant le  détenu Bachir Arhab, Mme Allili nous a réconfortés en nous rassurant  qu’il se porte bien, ayant un moral d’acier pouvant supporter toutes les pressions qu’il a subies et surtout, a pu supporter cet injuste sort, une perte du poids, cependant, est très apparente en lui, tel le cas de tous ces jeunes qui se retrouvent dans les mêmes conditions que celui-ci .

 

Wahiba Arbouche Messaci /BéjaiaNews