Accueil / Actualités / Yennayer : La célébration prend de l’ampleur cette année

Yennayer : La célébration prend de l’ampleur cette année

Un peu spécial est Yennayer de cette année ! On dirait que les festivités ont battu le record, ses préparatifs et ses célébrations ont pris d’autres formes plus poussées que d’ordinaire qui tirent peut être leur explication de l’officialisation de cette fête en Algérie cette année.

De partout, ça crie pour mieux faire, les traditions ont été extrêmement développées et même très recherchées, pour fêter la tête de l’an amazigh les façons sont multiples même si le but est unique, les Kabyles ont tendance à donner à leur unique fête une particularité, ou une spécificité qui la distingue de toutes les autres fêtes religieuses ou nationales. Les programmes sont multiples, divers et surtout variés entre des conférences sur les origines de Yennayer, des activités culturelles, du concours du meilleur plat traditionnel, du rituel de coupe de cheveux des enfants pour la première fois et notamment un “avissar” au menu pour un grandiose festin où tout le monde prend part.

Cependant les programmes, malheureusement n’étaient pas totalement respectés puisque les conditions climatiques étaient défavorables, les pluies torrentielles avaient empêché pleins d’activités tel le cas de Takhlidjt, Semaoun de Chemini où notre halte était faite, la célébration était organisée par les deux associations du village à savoir AGRAW et AGAMA , Avec l’aide de l’association des parents d’élèves, ce collectif d’associations avait prévu pour la matinée un volontariat pour nettoyer le village afin d’introduire le thème de la conférence qui portera sur l’environnement sous le thème, déchets ménagers comme valeur ajoutée, présentée par M. Idris IHADAN.

Les villageois, femmes et hommes, petits et grands, étaient tous ponctuels, au rendez-vous, autour de ce bon couscous, l’élan de  fraternité se dessine car la convivialité rassemble le riche et le pauvre, brise l’adversité et enterre la hache de guerre et met fin aux hostilités pour tisser les liens de solidarité, d’amour et notamment de respect qui a unit les tribus et les villages Kabyles depuis la nuit des temps.

Wahiba Arbouche Messaci/BéjaiaNews